Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 19:56

Le 5 mai 2012 (Je rajouterai des images ensuite)

LE COIN OÙJE M'AMUSE !

« Vous n'avez rien compris ! »

ET L'ÉCOLOGIE ALORS ? – Merci à Jean-Jacques Ferro d'avoir trouvé ce texte !

A la caisse d'un super marché une vieille femme choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui reproche alors de ne pas se mettre à « l'écologie » et lui dit :
« 
Votre génération n'a rien compris au mouvement écologique. Et les jeunes vont devoir payer pour vous, la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! » 

« Je suis désolée, mais nous n'avions pas de mouvement écologique dans mon temps. »

Alors qu'elle quitte le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajoute une couche :

« Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens. C'est vrai, dans votre temps, vous n'avez jamais considéré la protection de l'environnement ! »

La vieille dame admet qu'à son époque, on retournait au magasin les bouteilles de lait ou les bouteilles de vin consignées (comportant des étoiles). Le magasin les renvoyait ensuite à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau. On utilisait alors les mêmes bouteilles à plusieurs reprises. À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique. 

« De mon temps,

On montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux. On marchait jusqu'à l'épicerie du coin aussi. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l'époque,

On lavait les couches de bébé car on ne connaissait pas les couches jetables. On faisait sécher les vêtements dehors, sur une corde à linge ; pas dans un machine ayant besoin de 3000 watts à l'heure. On utilisait l'énergie éolienne et solaire pour sécher les vêtements.

À l'époque,

On recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une soeur à l'autre. Mais c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !

À l'époque,

On n'avait qu'une radio ou qu'une télévision dans la maison ; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un écran de la taille d'une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l'État du Texas. Dans la cuisine, on s'activait pour fouetter les préparations culinaires et pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDF en produit.
Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boites ayant déjà servies, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

À l'époque,

On utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon ; on n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou auto portées.

À l'époque,

On travaillait physiquement ; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité. Mais, vous avez raison : on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l'époque,

On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif ; on n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter à chaque fois qu'on voulait prendre de l'eau. On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo ; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir après chaque rasage. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l'époque,

Les gens prenaient le bus, le métro et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l'école au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi de 24 heures sur 24.

À l'époque,

Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille-crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

Et de mon temps

On avait une prise de courant par pièce, pas une bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui.

Alors venez pas me faire chier avec votre mouvement écologique !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Le coin où je m'amuse
commenter cet article

commentaires

mc crapez 05/05/2012 20:21


SUPERBE j'suis pas si vieille que ça mais pourtant ça me parle cette époque .... Ce texte mérite d'être diffusé et affiché, pas pour jouer les "vieilles barbes" (j'suis une femme et j'en ai pas,
enfin pas trop...) donc cette histoire nous rappelle que l'important est que chacun prenne conscience de ce qu'il peut faire pour notre terre ... et qu'il arrête de rejeter sur son voisin ou
celui de la génération d'avant ...


Au fait ce soir avant d'aller vous coucher éteigner bien ordi, télé, téléphone portable ... vous les rallumerez demain matin (c'est sûr, c'est trop bien de communiquer par internet) mais en
attendant vous aurez fait un geste "écologique" ou HUMAIN tout simplement 

Bernard Maingot 2 06/05/2012 02:07



J'ai aimé ce texte car j'ai connu tout ce qui est dit. Sauf que - au lieu d'aller boire à la fontaine - j'allais tirer l'eau au puits en tournant la manivelle et je n'ai jamais passé la tête la
première par-dessus la margelle pour tomber dans le puits (une chose que je ne pourrai laisser faire à un gamin maintenant... J'aurais trop peur). J'ai vu une trentaine de travailleurs algériens
creuser à la pelle à la pioche et à la barre à mines une tranchée de plus d'un kilomètre de long pour que nous ayons l'eau courante (quel progrès), arriver l'électricité (j'habitais un hameau)
qui remplaçait avantageusement la lampe à carbure et la lampe à pétrole ; et notre première voiture, une Simca aronde ; et le transistor pour écouter Johnny chanter l'idole des jeunes... ; ma
mère faisait son beurre, autre chose que le beurre infect de maintenant ; on pouvait manger à deux sur une cuisse et une arrière-cuisse de poulet (énorme !) ce n'était pas les poulets infects de
21 jours de chez Doux dont je dis qu'il faut être deux pour les manger (un qui tient le plat et l'autre qui ouvre la fenêtre). Bref, on se nourrissait mieux, on était plus résistant à la maladie,
on avait des goûts sains et simples, on n'avait pas besoin de faire du jogging, on était moins stressé. L'essentiel ou l'important passait avant le superficiel. Alors je ne nie pas le progrès qui
rend bien des services. Mais qui amène aussi beaucoup d'inconvénients et de nuisances. Et comme il faut développer bien des efforts et de citoyenneté pour lutter contre ces dernières ou les
éliminer, c'est là que la bât blesse. C'est tellement plus facile d'en rester à l'égoïsme ou la paresse...



Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages