Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 17:53

Sud Ouest du 19 mai 2012

La nuit des musées

20120519-18C-p22-musée

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 03:00

Le 12 mai 2012

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

La prospérité en façade

ARCHITECTURE - L’architecture privée des négociants en eaux-de-vie de Saint-Jean-d'Angély a été expliquée au cours d'une visite guidée, vendredi 11 mai.

20120511-hotel d'hauzen 4Vendredi 11 mai, l'office de tourisme a organisé une visite guidée autour de l’architecture privée des demeures de négociants en eaux-de-vie au 19e siècle.

20120511-ot-maisons-negociants-7763-blDès 14 h 30, une quinzaine de personnes entouraient Catherine Dumas, médiatrice du patrimoine à l'office de tourisme, qui les a guidées dans la ville.

20120511-ot-maisons-negociants-7769-blIls ont d'abord vu l'hôtel de Larade, rue Tour ronde, une typique maison charentaise construite au XVIIIe par de Larade (conseiller du Roy et négociant), admirant le décor très soigné de la porte d'entrée. Puis, devant le jardin public, la villa Sans-Gêne, construite par la famille Rogée-Fromy vers 1900, et l'influence extérieure néo-gothique. Ils ont continué avec l'Hôtel de Perraudeau (XVIIIe), sa façade Louis XV, avec un décor de mascarons (Bacchus et ses grappes de raisin, l’océan avec l’ancre marine). Rue Michel Texier, ce fut la Maison Lotte, une maison de maître construite vers 1850, d'influence charentaise et la Maison Richard (XIXe).

20120511-ot-maisons-negociants-7767-2-bl20120511-ot-maisons-negociants-7766-bl20120511-ot-maisons-negociants-0493-blAvenue du Port, la maison Robert (1880) et son décor néo Renaissance a suscité des questions et des remarques sur son riche décor reprenant les animaux des Rois de France : le porc-épic d'Henri II, fils de François 1er ; la salamandre de François 1er, né à Cognac ; les grappes de raisins au-dessus de la porte d’entrée ; la distribution de l'immeuble, avec à gauche les fenêtres de l'habitation avec combles et meneaux et à droite, les fenêtres des chais ; la tuile émaillée à la porte d'entrée. Une maison qui illustre les relations importantes de ces négociants avec les villes de Cognac, Bordeaux et Paris.

20120511-ot-maison-robert-7773-bl20120511-ot-maison-robert-7774-bl

Avenue du Port, la maison Robert.

20111119-expedition-maison-RobertUne expédition de la maison Robert et Fils. La carte postale est datée du 2 juillet 1913.

20120511-ot-maisons-negociants-7785-blPlus loin, la Maison Clouzeau, une maison de maître (1850-1860), avec ses grappes de raisins en façade.

chais-bernouet-7762-blQuai de Bernouët les visiteurs ont admiré les chais XVIIIe

chais-bernouet-7973Certaines pierres portent des dates plus anciennes

20120511-ot-maisons-negociants-7781-blLa maison Benoît, quai de Bernouët

La Maison Benoît (1905), construite par l'architecte angérien Aimé Bonnet, avec son style néo-gothique rappelle l'époque médiévale. Elle s'apparente à la Villa Sans-Gêne, de la même époque.

Catherine Dumas a résumé ainsi l'abondance des décors de cette époque : « On affiche sa réussite, sa richesse et sa prospérité », ajoutant que « les négociants avaient permis l'extension de la ville » et que cette diversité architecturale avec une forte influence rurale était bien conservée aujourd'hui.

Enfin, les visiteurs ont terminé leur visite chez  M et Mme  Audouin-Dubreuil : la maison a été achetée début XIXe (négoce fondé en 1832) ; le jardin est planté d’arbres dont deux platanes datant de 1903 sont classés aux Monuments Historiques.

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 07:01

Lundi 14 mai 2012

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Quatre églises à découvrir

ART ROMAN – Dans le cadre des visites découvertes, l’office du tourisme organise le 16 mai un circuit découverte en bus autour d’églises romanes remarquables en Vals de Saintonge.

20110413-amd-cressé-église-2033-esla-09062010Comme chaque année, l'office du tourisme de Saint-Jean-d'Angély et Saint-Hillaire-de-Villefranche propose des circuits découverte autour de l'architecture religieuse des Vals de Saintonge et plus particulièrement autour de l'art roman. Mercredi 16 mai, un circuit entraînera les visiteurs d'Archingay à Champdolent, puis de Genouillé à Puyrolland.

La visite sera commentée par Esla. De son vrai nom Sophie Goillot, Esla est une touche-à-tout qui est également une passionnée d'art roman. En effet, si elle est diplômée de philosophie, formatrice en communication et « travaux de dames », photographe, créatrice textile en patchwork, conceptrice de maisons de poupée miniatures et écrivaine, elle propose depuis plusieurs années des expositions et conférences aux sujets très divers et organise depuis trois ans des visites commentées de découverte des églises romanes - entre autres - du territoire des Vals de Saintonge. Elle a aussi mis en place, à l'office de tourisme, l’exposition-jeu « Images et imaginaire de l’art roman en Poitou-Charentes » (septembre 2009), les images de l’art roman en Poitou-Charentes à l’Université de Poitiers (2010), et fait une exposition-conférence à la Maison du tourisme d’Aulnay (juin 2010). On peut d'ailleurs se procurer son livret « Images et imaginaires de l’art roman en Poitou-Charentes » (200 pages, 500 photos, 15 €)à l’occasion des visites. Enfin, comme l'art roman est son leit-motiv, elle anime depuis deux ans un blog sur l’art roman où l'amateur éclairé trouvera une mine de renseignements et moult photos parmi plus de 120 articles.

Renseignements par courriel s.goillot@aliceadsl.fr ou au 05 46 59 18 68

Site www.art-roman-esla.over-blog.com

Pratique

Départ de Saint-Jean-d’Angély à 13 h 45. Durée 3 h 30. Retour vers 17 h 30. Sur réservation (nombre de places limité à 40). Tarif : 6 € (gratuit pour les moins de 12 ans). Document d’information sur les églises visitées remis au cours de la visite

La visite

L’église Saint-Martin d'Archingeay

Archingeay-chevet-739Cette église du 12e siècle est un beau témoignage des critères de l'architecture romane de Charente-Maritime. Les éléments les plus remarquables sont l'abside semi-circulaire à contreforts-colonnes et à modillons sculptés et le clocher carré à deux étages surmontant une élégante coupole sur trompes. On peut y lire les symboles typiques de la Saintonge : harpiste, femme pécheresse, loup, renard, chouette, porc sous la lune, cerf, animaux jumeaux. Depuis 2006, une importante campagne de restauration est conduite par la municipalité, et sous l’impulsion éclairée de son maire. En 2010, à l'occasion de travaux intérieurs, de nombreuses traces ponctuelles de peintures murales ont été découvertes.

L’église Notre-Dame de la Nativité de Champdolent

champdolent-14636986La traduction est « champ de désolation », souvenir des nombreuses batailles qui ont eu lieu sur la plaine depuis le 5e siècle. Le terme de désolation n’est certes pas pour cette église du 12e siècle au centre de son cimetière. Fortement mutilée au cours de la guerre de cent ans, elle fut en partie reconstruite au 15e siècle. Ce qui retient particulièrement l’attention est le décor soigné de l’abside ; des modillons de belle facture reliés par une bande lombarde décorée de demi-besants. Les sujets variés sont traités avec soin : musicien, ivresse, acrobate, bestiaire fréquemment géminé...

L’église Notre Dame de l’Assomption de Genouillé

genouillé-02Entourée de larges murs et portes fortifiés au sud, cette massive église de la fin du 12esiècle garde de la période romane une belle façade à deux étages ornée d’un nombre impressionnants de masques dont beaucoup expriment la douleur et l’effroi. A l’intérieur coure sur les murs une belle litre qui porte les blasons bien conservés des derniers seigneurs du territoire. Le trou par où passait la corde des cloches au centre de la coupole au-dessus du carré est exceptionnel. Son tour est orné des faciès des douze apôtres et des douze Saints, une représentation directement inspirée de la tradition des décors d’objets funéraires romains.

L’église Saint Pierre de Puyrolland

puyrolland-3011L'église située au sommet du "terrier" de Puyrolland, domine toute la région depuis le milieu du 12e siècle. Partiellement ruinée par un incendie et des destructions successives au cours de la guerre de Cent Ans et des guerres de Religion, elle ne conserve de l'époque romane que le portail et une partie de la nef. L'église est aujourd'hui partagée en deux parties dont l'une (d’une travée) sert d'église paroissiale. L'autre partie, en ruine, garde de hauts murs éclairés par des fenêtres romanes, une baie gothique et une salle voûtée souterraine, généralement mentionnée comme crypte. Les chapiteaux du portail sont joliment travaillés. A l’intérieur, de chaque côté de la porte, deux trous profonds permettaient de glisser un épar, système rustique mais efficace de fermeture d’une porte. Une légende associe le nom du paladin Roland, neveu de Charlemagne, à celui de la localité. Roland, victime d’une injustice, un père lui ayant refusé la main de sa fille, jeunesse aux longs cheveux couleur des blés et aux yeux de violettes, jeta au loin sous l’emprise de la colère la hache qu’il tenait à la main. En tombant, la hache s’enfonça dans le sol et souleva la butte appelée dès lors : Puy-Rolland.

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 01:42

Le 12 mai 2012

NANTILLÉ – 17770 SAINT-HILAIRE-DE-VILLEFRANCHE

Le Jardin de Gabriel

 

Un article connexe sur le Jardin de Gabriel :

"Chez audebert", commune de Nantillé : le Jardin de Gabriel (1er juin 2008)

 

Paru dans Sud Ouest le 12 mai 2012

20120512-18C-p24-nantillé-JDG

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 22:12

Jeudi 10 mai 2012 – Articles connexes

Patrimoine de pays : le commerce des eaux-de-vie à saint-jean d'angély

Le commerce des eaux-de-vie à saint-jean d'angély (suite) : détails

OFFICE DE TOURISME DE SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Une ostensible richesse

pour une architecture remarquable

VISITE GUIDÉE - Vendredi 11 mai à 14 h 30, l'office de tourisme organise une visite guidée autour de l’architecture privée des négociants en eaux-de-vie de Saint-Jean-d'Angély.

20120511-hotel d'hauzen 4

À l'hôtel d'Hauzen

En lien avec l’exposition qui se tient au musée de Saint-Jean-d’Angély : « Chacun sa part, Histoires industrielles et commerciales en Vals de Saintonge » , l’office de tourisme propose de découvrir plus particulièrement les demeures que les négociants ont élevé entre le XVIIIe et le XXe siècle.

Au XVIIIe siècle, Saint-Jean-d'Angély constitue le deuxième centre d'achat d'eaux-de-vie après Cognac. Elle alimente ainsi la moitié des expéditions totales du port de Tonnay-Charente, avec une moyenne de 4500 barriques à l’année, destinées au marché hollandais et anglais.

Située en limite des Bons Bois et des Fins Bois, les achats concernaient deux catégories d'eaux-de-vie : celles provenant des régions ouest de la ville et celles de l’est, dites de Cognac.

De cette période, l’hôtel particulier de Larade, située dans la rue Tour Ronde, témoigne de l’influence de la maison charentaise : de plan masse, la maison s’élève sur trois niveaux, le dernier étant percé de lucarnes carrées. L’entrée, très soignée est encadrée de pilastres et surmontée d’une imposte en fer forgé et d’un médaillon.

Le traité de commerce que Napoléon III signe avec l’Angleterre le 23 janvier 1860 entraîne un développement extraordinaire du commerce. Les négociants, au nombre de 11 en 1846, passent à 23 en 1861 ! Leurs demeures s’élèvent désormais en périphérie du centre-ville et participent à l’expansion urbaine : les maisons Lotte et Clouzeau situées sur la chaussée du Calvaire et sur l’avenue du Port illustrent l’influence du domaine viticole charentais issu du modèle gallo-romain : un mur de clôture, une maison de maître ornée d’un balcon en fer forgé et d’un fronton arrondi. Un décor néo-classique où la grappe de raisin et les feuilles de vigne occupent une place prépondérante.

20111119-expo-musee-patrim-maison-Robert

La maison Robert,avenue du Port

Vers 1900, on assiste à une rupture de l’influence rurale comme l'illustrent les maisons Robert, Benoît et Rogée Fromy situées sur l’avenue du Port, le quai de Bernouët et l’avenue du Général-Leclerc : une façade néo-Renaissance pour l’un, un exemple néo-gothique pour les deux autres.

20111119-expo-musee-patrim-maison-Rogee-Fromy.jpgLe phylloxéra, les relations commerciales avec les villes de Cognac, Rochefort et Bordeaux, l’émergence des sociétés d’archéologie dont les négociants font partie, semblent renouveler les modèles d’architecture. Les négociants font désormais appel à des architectes : Aimé Bonnet, architecte de la ville de Saint-Jean-d’Angély, participe à la création de la maison Benoît.

20120511-archit-négociants-P8074251L’architecture privée des négociants jalonne l’histoire de la ville, participe à son embellissement et aux grands travaux d’urbanisme du XIXe siècle. Elle est le principal témoin d’une ville semi-rurale, située au carrefour des grands axes de commerce, et reste à l’image d’une réussite individuelle.

Vendredi 11 mai 2012. Tarif quatre euros par personne. Durée deux heures. Renseignements et réservations à l’office de tourisme au 05 46 32 04 72.

Un rafraîchissement sera offert à l’issue de la visite à l’intérieur de la maison d’un ancien négociant.

Note du blogueur : la visite est fort bien commentée par Catherine Dumas, une passionnée du sujet !

Office de Tourisme de Saint-Jean-d'Angély et Saint-Hilaire-de-Villefranche

Place du Pilori - 8, Rue Grosse-Horloge - BP 117 - 17416 Saint-Jean-d’Angély Cedex

Tél : 05 46 32 04 72 - Fax : 05 46 32 20 80

office.tourisme@angely.net

http://ot.angely.net

www.angely.net

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 01:28

Mercredi 2 mai 2012

17400 SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Sud Ouest du 2 mai 2012  

MUSÉE - Autour de son exposition sur le passé industriel en Vals de Saintonge, il proposera des visites d'entreprises.

Lire en ligne :  Une immersion en entreprises

Lire ici :

20120502-18C-p20-sjy-musée

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 22:44

Le 29 avril 2012

Un article connexe sur le Jardin de Gabriel :

"Chez audebert", commune de Nantillé : le Jardin de Gabriel (1er juin 2008)

 

Paru dans Sud Ouest le 27 avril 2012

20120427-18C-p25-JDG

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 21:03

Vu dans Sud Ouest du samedi 3 mars 20120

Enfin !

20120303-18C-p23-JDG20120131-Gabriel16Je trouve une ressemblance...

Lire aussi

Nantillé : Quel projet pour le Jardin de Gabriel ? (Sud Ouest 31.01.2012)

"Chez Audebert", commune de Nantillé : le jardin de Gabriel (1er juin 2008)

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 18:49
Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 07:16

Précédent article http://0z.fr/TC41n

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY-SAINTES

Sur les traces d'Évariste

PATOIS SAINTONGEAIS – Une matinée « Goulebenéze » aura lieu samedi 18 février à Saintes.

Folklore, langue et poésie seront au menu de la matinée Goulebenéze organisée par la Sefco, samedi 18 février à 14 h 30, à la salle Geoffroy-Martel à Saintes, en hommage à Évariste Poitevin dit Goulebenéze, « le grand chansonnier du terroir », né à Burie en 1877, décédé à Saintes, où il vécut la dernière partie de sa vie. Une date qui s'inclut dans la Journée internationale de la langue maternelle.

La matinée Goulebenéze va coiffer Sainte-Catherine, 25 ans déjà, ol est in bel ajhe !

Goulebeneze par peronnaud-bl« Ol est in grand rassembllement, avec des fanas dau maît qui z’y doun’ront un cot de chapia : Paul Etourneau dit « Sansounet » ; Régis Courlit dit « Chagne Dret » ; Aliette Pelletier dit « Rosalie » ; Danièle Cazenabe dite « La Nine » ; Monette Foucaud dite « La Mounette » ; Philipe Schaffer dit « Finosia » ; Dominique Porcheron dit « Le Fi à Feurnand » ; Guy Chartier dit « Jhustine » ; Lucie Mémin dite « La Petuche » ; Denis Francis dit « Grantoumia ».

Avec in cot de Subiet peur les patoisants dau paradis peur : Yves Rabault ; Paul Bailly dit « Le Beurdassou de Pironville » et peur « Simounet » par Jack Bizon dit « Natole » et Régis Courlit dit « Chagne Dret ».

Thiés patoisants dirant otou in émolé de leu cru, de même que Nadine Billard dite « La mère Ernestine » et Paul Fouquet dit « Paul Rimbault ».

Jh’attendons tout pllin de fins gourmets de chansons et d’émolés. Le patois s’ra pas ine langue morte, la fine flleur des patoisants s’rant là peur vous divartir.

Le prix d’entrée est fixé à 5 euros. Un programme sera proposé à l’entrée de la salle.

Renseignements : Sefco, Maison de Jeannette, 51 rue de la Garousserie – Les Granges – 17400 Saint-Jean-d’Angély

Tél /Fax : 05 46 32 03 20 - Courriel : sefco17@wanadoo.fr

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Patrimoine
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages