Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 13:12

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Apprendre les gestes qui sauvent

FORMATION – La délégation locale angérienne de la Croix-Rouge française organise une session de formation aux premiers secours civiques de niveau 1 (PSC1), les 24 et 25 mars.

Inscriptions au 05 46 59 96 10 ou par courrier au 1, rue Laurent-Tourneur

20111103-100329-PSC1-1908-defibrill-blUtilisation du défibrillateur. PHOTO DR

Grâce à des réflexes de survie, à des gestes simples et vitaux qui s'apprennent, chacun peut sauver des vies. C’est pendant le temps que mettent les secours pour arriver qu’il faut agir !À l'issue de cette formation de 12 heures, les participants savent réagir en connaissant les six gestes de base. Ils reçoivent l'attestation dite PSC1. Les inscriptions peuvent se faire au 05 46 59 96 10, par courrier au 1, rue Laurent-Tourneur ou sur le portail Internet  www.croix-rouge.fr/Je-me-forme

Par ailleurs, « Vestiboutique » est ouvert depuis le 2 novembre. Chaque mercredi, on peut y trouver des vêtements neufs ou reconditionnés à petit prix. Ouvert de 15 heures à 17 h 30, au 3 rue Laurent-Tourneur.

D'autres articles PSC1

25 avril 2009 La formation aux premiers secours du personnel municipal angérien

8 janvier 2010 Premiers secours : les élus montrent l’exemple (Saint-Jean-d’Angély, 23 décembre 2009)

29 mars 2010 Les gestes qui sauvent : les élus ont reçu leur diplôme PSC1 (29.03.2010)

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 16:44

Association France Alzheimer Charente-Maritime

Antenne de Saint-Jean-d'Angély

Permanence exceptionnelle à Néré

 

L'association France Alzheimer effectuera une permanence sur rendez-vous, jeudi 16 février 2012, de 14 heures à 15 heures, à la Maison de santé de Néré.

Cette association informe et soutient les malades Alzheimer et leur famille en proposant un lieu d'accueil, d'écoute, d'échanges et de renseignements pratiques.

Elle organise des conférences, réunions de familles, des cycles de rencontres ainsi que des séjours de vacances.

Une nouvelle activité formation des aidants est possible sur inscription.

N'hésitez pas à venir les rencontrer. Des documents pourront vous être remis.

"Un malade, c'est toute une famille qui a besoin d'aide"

Contact téléphonique : Juliane Clavel au 05 46 58 21 58

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 07:01

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Apprendre les gestes qui sauvent

FORMATION – La Croix-Rouge française organise une session de formation aux premiers secours civiques niveau 1, les 5 et 6 novembre.

20111103-100329-PSC1-1908-defibrill-bl.jpgUtilisation du défibrillateur. PHOTO DR

Grâce à des réflexes de survie, à des gestes simples, vitaux, qui s'apprennent, chacun peut sauver des vies. C’est pendant le temps que mettent les secours pour arriver qu’il faut agir ! À l'issue de cette formation de 12 heures, les participants savent réagir en connaissant les six gestes de base. Ils reçoivent l'attestation dite PSC1. Les inscriptions peuvent se faire au 05 46 59 96 10, par courrier au 1, rue Laurent-Tourneur ou sur le portail Internet à www.croix-rouge.fr/Je-me-forme

Par ailleurs, « Vestiboutique » est ouvert depuis le 2 novembre. Chaque mercredi, on peut y trouver des vêtements neufs ou reconditionnés à petit prix. Ouvert de de 15 heures à 17 h 30, au 3 rue Laurent-Tourneur.

D'autres articles PSC1

25 avril 2009 La formation aux premiers secours du personnel municipal angérien

8 janvier 2010 Premiers secours : les élus montrent l’exemple (Saint-Jean-d’Angély, 23 décembre 2009)

29 mars 2010 Les gestes qui sauvent : les élus ont reçu leur diplôme PSC1 (29.03.2010)

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 18:22

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Les 105 ans de Jeanne

20111016-105ans-jeanne-legros.jpgJeanne Legros, née le 16 octobre 1906, vient de fêter ses 105 ans à la résidence "Les Collines d'Angély". Elle a tenu autrefois un magasin de sous-vêtements à Bordeaux, où elle est restée en activité jusqu'à 75 ans. C'est avec beaucoup d'émotion qu'elle a soufflé ses bougies et qu'une composition florale lui a été offerte, entourée du personnel de l'Ehpad.

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 07:44

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Le cinquantenaire des donneurs de sang

DON DU SANG – L'association des donneurs de sang bénévoles vient de fêter ses cinquante ans d'existence.

20111010-50ans-donneurs-sang-2009

Lors des lâchers de ballons de l'Établissement français du sang, Henri Mériau (à qui a été remis une médaille et un diplôme), Jean-Pierre Padrosa et Patricia Baillarguet ont également envoyé le leur. PHOTO MARIE-NOËLLE SACRÉ

Lundi 10 octobre, à la salle Aliénor-d'Aquitaine, les donneurs de sang avaient prévu de marquer la journée en fêtant le cinquantenaire de l'association qui les réunit sur le canton de Saint-Jean-d'Angély. Dès neuf heures, on pouvait y trouver une exposition sur le don du sang. Les élèves de l'école Sainte-Sophie se sont associés à la manifestation. D'abord dans un film plutôt rigolo sur le don du sang avec la voix de Claude Piéplu et ses célèbres Shadocks, à la fin duquel Jean-Pierre Padrosa, président de l'Union départementale des donneurs de sang, a répondu aux interrogations des élèves de primaire. Ensuite avec un autre film DVD à destination des collégiens entraînant d'autres questions posées par la classe de troisième. La matinée prévoyait également un quizz, jeu où les enfants sont toujours de bons participants.

Pour clôturer leur visite, les écoliers comme les collégiens ont eu chacun leur lâcher de ballons aux abords de l'hôtel de ville : un à onze heures pour les primaires, le second à midi.

20111010-50ans-donneurs-sang-2034Jean-Pierre Padrosa a ensuite remis la médaille et le diplôme de la reconnaissance à Henri Mériau, un des fondateurs de l'association. S'étaient joints à l'événement le maire Paul-Henri Denieuil, Catherine Quéré, députée, Serge Caillaud, adjoint, Yves Baubrand (président d’honneur) et Mme, Paul Gratiot, président d’honneur, M Chavet, trésorier de l’union départementale, et Jean-Marie Paulin, ancien infirmier de l'Établissement français du sang (EFS). Jean-Pierre Padrosa a également remis au maire, Paul-Henri Denieuil, un trophée de partenariat entre la ville et l'association.

Contact

bassociationdesdonneursdesang@sfr.fr

Tél 05 16 51 71 81

Les donneurs de sang du canton

Sur le canton, l'association regroupe plus de 1 100 donneurs de sang bénévoles qui viennent régulièrement donner. Les collectes sont passées de 12 à 15 par an. Patricia Baillarguet, présidente de l'association, rappelle que pour donner son sang « il faut avoir entre 18 et 70 ans, peser plus de 50 kilos, être en forme physique et ne pas venir à jeun ».

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 10:14

Jeudi 6 octobre 2011 – » Photos Bernard Maingot

D'autres articles Santé sur le blog 1 et Santé sur le blog 2

Voir l'album photos Géront'olympiades

SAINT-DENIS-DU-PIN (CANTON DE SAINT-JEAN-D’ANGÉLY )

La récré des résidents

SANTÉ Les Géront'Olympiades, qui se sont déroulées mercredi 5 octobre à la salle Alliance d'Essouvert de Saint-Denis-du-Pin, ont permis à 70 résidents en Ehpad de se rencontrer autour de jeux et d'activités physiques et sportives.

» Bernard MAINGOT.

DSCF4844Les Géront'olympiades ont été créées en 2008 par Karine Sens, de l'Ehpad de l'hôpital de Marennes. Elle voulait une grande journée festive et d'échanges entre résidents d'Ehpad autour d'activités physiques et sportives. Des jeux qui ont eu du succès et qui se sont étendus cette année au reste du territoire. Ils consistent à développer l'équilibre, la musculation, la coordination et la précision chez les résidents en Ehpad. Un projet qui a une vocation santé de prévention, d'information et d'éducation, avec comme objectif la promotion de l’activité physique pour les personnes âgées des Ehpad.

Une première session a eu lieu à Marennes le 29 septembre dernier. Une deuxième session avait lieu mercredi dernier à la salle Alliance-d'Essouvert, sur la commune de Saint-Denis-du-Pin. Co-organisées par l'Ehpad Les Jardins de Loulay et sa directrice Claudie Brunet, en partenariat avec l’Asept (association de santé, d'éducation et de prévention sur les territoires des Charentes), la Mutualité sociale agricole (MSA), l’hôpital de Marennes et le conseil général, les Géront’olympiades édition 2011 comportaient sept jeux : chamboule tout ; lancé de ballon ; parcours de marche, football, croquet et bowling.

Pierre Autexier, animateur départemental DDJS rattaché à la CDC de Loulay, a animé gracieusement la journée, en présence de Sylvain Lapettite, responsable MSA Saint-Jean-d'Angély et de Arnaud Simon, responsable Asept des Charentes, qui enregistraient les résultats et classements.

Dix Ehpad et 70 résidents

DSCF4824 journée avait réuni 70 résidents. Dix maisons de retraite participaient : Les tilleuls (Monthérault), l'Ehpad SAS L'aube (Saint-Cyr-du Doret), la résidence Les Jardins de Voltonia (Tonnay-Boutonne), la résidence Les Jardins de Loulay (Loulay), l'Ehpad Le Plessis (La Rochelle), l'Ehpad d'Aligre (Marans), l'Ehpad Les Marronniers (Aigrefeuille), l'Ehpad La Chatellenie (Néré), la résidence du Val de Gères (Surgères), la résidence du Val d'Antenne (Matha). Accompagnés des aidants, les participants étaient au total 120 personnes qui ont empli la salle, s'amusant aux différents jeux sur un fond sonore rappelant une cour de récréation très animée.

Des jeux et des prix

Les jeux ont été ouverts le matin par Jean-Marie Roustit, représentant le président du conseil général et par Karine Sens, de l'hôpital de Marennes, conceptrice des jeux.

En fin d'après-midi, les prix ont été remis sous la présidence de Claudine Guérin, présidente de la conférence de territoire Charente-Maritime, Sud et Est de l'Agence régionale de santé (ARS) Poitou-Charentes et par Évelyne Massard, directrice-adjointe de la MSA des Charentes en charge de la santé et des services aux assurés. Ces sept prix comportaient trois coupes (d'or d'argent et de bronze) pour les trois premiers établissements au classement par équipes et trois médailles (or, argent, bronze) pour le classement en individuel, ainsi qu'une coupe du fair-play (voir encadré).

« C'est une rencontre extraordinaire entre les établissements et les personnes âgées », confie Claudie Brunet, directrice depuis 23 ans des Jardins de Loulay, classé Ehpad en 2002 (89 résidents dont la plupart sont dépendants et 22 atteints de la maladie d'Azheimer) « Tout le monde s'entraîne pendant deux mois avant cette grande fête et ce jour important. C'est un moment de bonheur pour eux. C'est aussi l'occasion de rencontrer les collègues des autres Ehpad. Nous avons une animatrice extrêmement active qui collabore en particulier avec Néré pour mettre des actions communes en place. C'est une émulation. », ajoute-t-elle.

En 2012, les Géront'olympiades auront lieu à Trizay (canton de Saint-Porchaire), l'Ehpad « Les Tilleuls » de Monthéraud ayant gagné la finale par équipes.

DSCF4909Le classement par équipes
1er : la Maison de Retraite Ehpad "les Tilleuls" à Monthérault (l'EHPAD organisera avec la MSA l'édition 2012 et remettra son trophée en jeu).
2e : la Résidence du Val d'Antenne à Matha
3e : l'Ehpad "le Plessis" à La Rochelle

DSCF4903Les résultats individuels

1er : M. Gaboriau (Ehpad d'Aligre, Marans)
2e : Mme Fricaud (Ehpad Les Tilleuls, Monthérault)
3e : M. Desjardin (Ehpad du Val d'Antenne, Matha)

La coupe du Fair-play à l'Ehpad Les Marronniers d'Aigrefeuille

La coupe de la bonne humeur et du meilleur entrain à l'Ehpad La Chatellenie de Néré

DSCF4904

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 23:36

Samedi 1er octobre 2011 » Photos Bernard Maingot

D'autres articles Santé sur le blog 1 et Santé sur le blog 2

PAYS DES VALS DE SAINTONGE - SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Huit premiers lits ouverts

en hospitalisation à domicile

SANTÉ L'antenne d'hospitalisation à domicile de Saint-Jean-d'Angély démarrera son activité le 3 octobre par l'ouverture de huit lits pour arriver à 15 dans un deuxième temps.

» Bernard MAINGOT

20110930-HAD-4777-Harvoire-Couty-Dourthe-GarinotDe gauche à droite : Lucie Harvoire, cadre de santé coordinateur HAD, Christian-Jean-Marie Couty, infirmier coordinateur, le Dr Christophe Dourthe, médecin coordinateur et Géraldine Garinot, infirmière. PHOTO BERNARD MAINGOT

L'hospitalisation à domicile, expérimentée à Paris dès 1957 par les hôpitaux de l'Assistance publique n'a seulement été instituée par la Loi hospitalière du 31 décembre 1970. « Ce n'est pas encore dans la culture », commentait vendredi dernier Alain Debetz, directeur des centres hospitaliers de Saintonge et de Saint-Jean-d'Angély, en annonçant l'ouverture d'une antenne d'hospitalisation à domicile (HAD) en Vals de Saintonge, avec une autorisation de huit lits à compter du 3 octobre et une finalité de 15 lits ensuite. Un service nouveau qui dépend en intégralité du CH de Saintonge, établissement de recours du territoire de santé Sud et Est de la Charente-Maritime.

Cette nouvelle antenne, basée au centre hospitalier de Saint-Jean-d'Angély, concerne la population des sept cantons de Matha, Saint-Hilaire-de-Villefranche, Saint-Savinien, Tonnay-Boutonne, Loulay, Aulnay-de-Saintonge et Saint-Jean-d'Angély. Un autre secteur existe déjà depuis 2006 en Pays de Saintonge romane (pour Saintes, Saint-Porchaire, Saujon, Gémozac, Pons), avec 12 lits. Une future antenne est prévue en 2012 en Pays de Haute Saintonge, à l'hôpital de Jonzac.

Alain Debetz était accompagné d'une équipe de professionnels au complet. Outre Élisabeth Da Cunha, directrice des soins et coordinatrice au CH de Saintonge et le Dr Jean-Noël Parola, responsable de la commission médicale d'établissement, il a présenté l'équipe de l'antenne de Saint-Jean-d'Angély : le Dr Christophe Dourthe, médecin en gériatrie, qui sera coordinateur (ou référent) HAD de l'antenne en décembre, en relève du Dr Larocca ; Lucie Harvoire, cadre de santé coordinateur des structures HAD ; Éric Bernard, cadre de santé ; Christian-Jean-Marie Couty, infirmier coordinateur recruté pour l'antenne HAD, en poste à l'hôpital de Saint-Jean depuis 1974 ; Géraldine Garinot, infirmière au CH de Saintes.

Qu'est-ce que l'hospitalisation à domicile ?

Alain Debetz explique : « C'est une alternative à l'hospitalisation traditionnelle, une continuité des soins équivalente à celle proposée dans un hôpital, avec une coordination sept jours sur sept et 24 heures sur 24. Elle concerne des malades atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, qui, en l'absence d'un tel service, seraient hospitalisés en établissement de santé ». Le directeur précise que les soins complexes donnés à ces malades sont formalisés dans un projet thérapeutique clinique et psychosocial, comprenant une coordination des soins, une évaluation médicale, des soins infirmiers (avec intervention éventuelle d'autres professionnels paramédicaux, tel kinésithérapeute, orthophoniste, ergothérapeute...) et une prise en charge sociale.

La prise en charge est subordonnée à une prescription médicale, à l'accord du patient et de l'entourage familial, à celui du médecin traitant et à des évaluations multidisciplinaires (médicale, paramédicale, sociale, logistique, administrative).

Citons quelques cas de prise en charge : assistance respiratoire, soins palliatifs, chimiothérapie, post-chirurgical, transfusion sanguine, surveillance d'aplasie, pansements complexes,... Mais ne peuvent être concernées la maladie d'Alzheimer ou la psychiatrie.

Des avantages reconnus

Les intervenants précisent : « L'hospitalisation à domicile a plusieurs avantages. C'est du sur mesure, avec un contexte adapté au patient. Elle apporte au patient une réduction de son séjour à l'hôpital et une plus grande qualité de vie car il reste dans son milieu. C'est un atout pour un enfant qui sera ainsi près des ses parents ou pour une personne âgée qui ne sera pas déracinée. Cela aide dans une guérison. La famille peut assister son proche au quotidien avec la garantie d'une prise en charge coordonnée. Le médecin traitant est proche de son patient pour assurer la surveillance de cette prise en charge à domicile avec un soutien logistique adapté et un travail en réseau. Le centre hospitalier réduit les durées de séjour hospitaliers, accroît la rotation des patients. La collectivité réduit ses dépenses, améliorant la maîtrise des coûts de santé ».

Ainsi, Alain Debetz précise que le coût entre les deux hospitalisations est réduit dans le rapport de trois à un. L'hospitalisation à domicile semble posséder des avantages indéniables. Ils feront l'objet de trois réunions d'information qui vont se tenir en direction des professionnels de santé de ville, jeudi 13 octobre, dans la salle Noirmoutier au centre hospitalier de Saint-Jean-d'Angély.

Les professionnels paramédicaux y sont conviés au choix de 14 h à 15 h 30 ou de 16 h à 17 h 30, et le corps médical à 20 heures.

Bernard Maingot

20110930-HAD-4779-Parola-DaCunha-Douillard-BernardDe gauche à droite : Jean-Noël Parola, président de la commission médicale d'établissement, Élisabeth Da Cunha, directrice des soins et coordonitrice HAD au CH de Saintonge, Élodie Douillard, responsable de la communication et Éric Bernard, cadre de santé. PHOTO BERNARD MAINGOT

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 23:10

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Une nouvelle structure de santé infanto-juvénile

à l'ancienne école Barthélémy-Profit

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY – L'ancienne « école maternelle Jélu » a reçu nombre d'Angériens. Elle abrite maintenant un service de psychiatrie infanto-juvénile qui a été inauguré mercredi 29 juin 2011.

20110629 INAUG-serv pédo psy 2425 2Après sept mois de travaux de réhabilitation, l'ancienne école maternelle Barthélémy-Profit (au 6-8 de la rue Jélu) accueille depuis fin avril les activités de prise en charge psychiatrique des enfants et adolescents du secteur 3 de psychiatrie infanto-juvénile, lesquelles sont rattachées au centre hospitalier de Saintonge à Saintes. (1)

20110629 INAUG-serv pédo psy 2427 2

Alain Debetz, directeur des centres hospitaliers de Saintonge et de Saint-Jean-d'Angély, entouré des invités et partenaires.

Les nouveaux locaux qui regroupent le CAMPE (centre d'aide médico-psychologique à l'enfance de 0 à 12 ans), du CASPA (centre d'aide et de soins pour adolescents 13 à 18 ans) et de l'hôpital de jour (enfants de 0 à 12 ans, antérieurement situé à Moulinveau), ouverts aux professionnels du secteur lundi 27 juin, ont été officiellement inaugurés mercredi 29 juin en présence de François-Emmanuel Blanc, directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) et de tous les partenaires de santé concernés. (2)

20110629 INAUG-serv pédo psy 2436 2

Les élus ont apprécié la fonctionnalité des locaux.

L'école Barthélémy-Profit, fermée voici un an pour cause de dangerosité, avait été vendue par la ville au centre hospitalier de Saintonge. « Le coût de cette structure qui ressort à 700 000 euros, se répartit à 50 % entre l'acquisition et les travaux », a expliqué Alain Debetz, directeur des centres hospitaliers de Saintonge et de Saint-Jean-d'Angély. « L'accueil a été pensé avec intelligence et humanité, avec une entrée enfants, une entrée adolescents et en tenant compte de l'accueil des parents ». Évoquant le secteur 3 du pôle de psychiatrie infanto-juvénile, il précise que celui-ci existe depuis 1993 et couvre un territoire allant « du phare de Chassiron à la forêt d'Aulnay et à Saint-Aigulin » (commune la plus basse dans le département, NDLR) et qu'en 2010 «2 200 enfants ont été concernés dont 486 enfants des Vals de Saintonge à Saint-Jean-d'Angély».

20110629 INAUG-serv pédo psy 2439 2Le docteur Jean-Claude Quentin, qui partage avec le docteur Clothilde Maggioli la responsabilité du secteur, a précisé que « ce regroupement sur Saint-Jean-d'Angély offre aux enfants une palette de soins complète, dans un espace agréable, avec des outils thérapeutiques complets pour les 0-12 ans. Le docteur Maggioli a précisé que « L'hôpital de jour accueille 35 enfants de 0 à 8 ans, quatre matinées par semaine. Une classe médicalisée à l'école Gambetta est rattachée au service, avec une éducatrice hôpital de jour qui accompagne l'institutrice pour 12 enfants. Le CAMPE accueille les 0-12 ans avec une prise en charge ambulatoire une à deux fois par semaine. La Loupiote accueille les 0-6 ans sans rendez-vous le jeudi matin, ce qui diminue les délais d'attente ».

20110629 INAUG-serv pédo psy 2440 2Après que le docteur Jean-Noël Parola, président de la commission médicale d'établissement à Saintes ait rappelé que le LAPSADO manquait de crédit, Paul-Henri Denieuil a déclaré qu'il était heureux de voir que cette fermeture d'école « n'avait pas fait supprimer de classes puisque qu'elles avaient été regroupées dans les deux autres écoles maternelles, avec un relogement de la maîtresse ». Jean Rouger, satisfait que « le site reste dédié à l'enfance et l'éducation », a souhaité que « l'Education nationale reste partenaire de la santé ».

20110629 INAUG-serv pédo psy 2444 2La conclusion a été donnée par François-Emmanuel Blanc (ARS) : «  L'offre de soins prend en compte le avant-pendant-après. L'esprit de cette structure est celui de l'ARS et du Plan stratégique régional de santé : offrir un meilleur service à la population. Notre soutien est de 900 000 euros sur trois ans : 300 000 en 2010, 300 000 en 2011, avec un engagement de 300 000 euros en 2012 ».

Bernard Maingot

(1) A Saint-Jean-d'Angély, le secteur 3 de psychiatrie infanto-juvénile comprend le centre d'aide médico-psychologique à l'enfance (CAMPE Saint-Jean-d'Angély), le centre d'aide et de soins pour adolescents (CASPA), l'hôpital de jour et les Lieux-dits LAPSADO (lieux d'accueil psychothérapeutique de secteur pour adolescents de 13 à 18 ans, qui sont des consultations pour adolescents en milieu rural). A Saintes, il comprend le CAMPS (centre d'action médico-sociale précoce) de Saintes-Marennes-Oléron, le CAPADO (centre d'aide psychologique pour adolescents).

(2) Etaient présents Alain Debetz, directeur des centres hospitaliers de Saintonge et Saint-Jean-d'Angély ; Jean Rouger et Paul-Henri Denieuil, présidents des conseils de surveillances des deux centres hospitaliers ; Jean-Noël Parola et Patrice Crépin, présidents de la commission médicale d'établissement à Saintes et Saint-Jean-d'Angély ; Nicola Stuger, directeur adjoint à la logistique ; les docteurs Jean-Claude Quentin et Nathalie Giraudeau-Villar, chef de pôle et chef du service de psychiatrie infanto-juvénile ; Frédérique Oturbon, cadre supérieur de santé pédopsychiatrie ; Danielle Jolly, cadre de santé ; les équipes et personnels médicauxCorinne Imbert, conseiller général de Matha...

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 17:56

MATHA

Bien vieillir

une affaire de santé publique locale

Le deuxième rendez-vous sur la promotion de la santé publique traitera de l'espérance de vie :

"Comment permettre aux personnes âgées de bien vieillir sur notre territoire ?"

avec l'intervention du CLIC (centre local d'information du Pays des Vals de Saintonge)

et de la Mutualité sociale agricole (MSA)

mardi 14 juin, à partir de 13 h 30 à Matha (cinéma Le Forum).

Lire le premier article La santé publique, une affaire locale (Saint-Denis du Pin 7.06.2011)

ou « Comment promouvoir la santé publique sur son territoire ? »

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 07:26

SAINT-DENIS-DU-PIN (CANTON DE SAINT-JEAN-D'ANGÉLY)

Sensibiliser les élus

à la santé publique

SANTÉ PUBLIQUE – Le premier des trois rendez-vous pour la promotion de la santé auprès des élus a eu lieu mardi 7 juin à Saint-Denis-du-Pin.

20110607 Santé 1547 Laurent el GhoziLaurent El Ghozi, chirurgien hospitalier et maire-adjoint à Nanterre, est aussi président de quatre associations, dont « Élus, santé publique et territoires ». PHOTO BERNARD MAINGOT

Une quarantaine d'élus et de professionnels de la santé étaient venus hier à la première des trois rencontres de sensibilisation sur la promotion de la santé auprès des élus et des acteurs locaux. Une action portée par le Syndicat mixte du Pays des Vals de Saintonge et l'Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS), avec le soutien financier de l'Agence régionale de santé (ARS) avec un module intitulé « Comment promouvoir la santé sur son territoire ? ».

Le Pays était représenté par Maurice Perrier, vice-président, et David Geneau, directeur général adjoint ; l'IREPS Poitou-Charentes par son directeur Julien Tran ; l'ARS par Fabienne Martinet, médecin de santé publique au service Promotion de la santé.

Après une présentation de l'IREPS, du programme de l'après-midi et de de ses interventions, de la promotion de la santé et des enjeux de santé publique régionaux (voir encadré), l'intervention majeure a été celle de Laurent El Ghozi, maire adjoint de Nanterre. Chirurgien hospitalier et président de l'association « Élus, santé publique et territoires », l'intervenant était venu avec force documentation. Après avoir expliqué les différentes et nombreuses instances existant en matière de santé et les difficultés en résultant en matière de concertation (« une usine à gaz de concertation »), il a évoqué les inégalités sociales de santé « qui ne cessent de croître », leurs causes et leurs mécanismes, argumentant que « la démocratie était un facteur de bonne santé ». Il a décortiqué la loi HPST (hôpital patient santé territoire), un contrat ville-État « de transfert de charges sans transfert de fonds », expliqué le Plan stratégique régional de santé et le contrat locaux de santé.

« Les villes n'ont aucune compétence en santé alors qu'elles mènent et doivent mener un tas d'actions sur le sujet et sont responsables du bien-être de la population, dont la santé. (...) Il faut faire rentrer dans la tête des élus que la santé doit être présente à l'esprit dans toutes les politiques et faire en sorte qu'ils se posent la question de savoir si telle action va améliorer la santé. (…) Les élus doivent agir en amont. (…) Les campagnes de prévention doivent être conçues en fonction de cibles prioritaires qui sont souvent souvent les catégories sociales les plus modestes. La réduction des inégalités de santé est donc au cœur de la cohésion sociale »

Il a montré dans un diaporama les chiffres-clés concernant Nanterre, avec une population pauvre et modeste au nord (« près de la Défense »), décortiqué les revenus et l'espérance de vie par quartiers pour pouvoir adapter une politique santé publique géographiquement différente. « Il faut montrer ces cartes et ces diagnostics aux acteurs pour engendrer les bonnes actions sur un territoire ». Comparant avec Nanterre (60 médecins généralistes pour 90 000 habitants), il indique que le Pays des Vals de Saintonge dispose de 54 médecins pour 55 000 habitants (dont 50 % ont plus de 55 ans). « Seulement 3,5 % perçoivent le RMI et 6,5 % la CMU, c'est moins qu'à Nanterre. Globalement il y a un bon état dentaire chez les enfants, peu d'obésité infantile, mais des addictions : tabac, alcool. L'espérance de vie est de 85 ans pour les femmes et de 77,5 ans pour les hommes. 100 décès prématurés par an pourraient être évités (accidents, morts violentes, maladies cardio-vasculaires. Ces indicateurs ne sont pas sans rapport avec le sujet des deux prochaines réunions : la vieillesse et les addictions. »

Deux autre réunions sont donc prévues. La première sur l'espérance de vie, la seconde sur les addictions (voir ci-dessous).

Les interventions

Le programme et ses intervenants, par Christelle Baudrais, chargée de projet IREPS (antenne Charente) ;

Les enjeux de santé publique régionaux, par Fabienne Martinet (ARS) ;

La santé et la promotion de la santé, par Catherine Flora, chargée de projets IREPS (antenne Charente-Maritime) ;

La place de l'élu et le rôle des collectivités territoriales dans la politique de santé publique, par Laurent El Ghozi, chirurgien hospitalier et maire-adjoint à Nanterre, Christiane Gleiz-Santin, élu de la commune d'Hourtin et de la communauté de communes des lacs médocains, Martine Noverraz, directrice du Pays Médoc, assistée de Marjorie Brun, chargée de mission santé social.

Les trois rendez-vous

Sur la promotion de la santé : « Comment promouvoir la santé sur son territoire ? » - Mardi 7 juin, à partir de 13 h 30 à Saint-Denis du Pin, (salle polyvalente de l'Alliance)

Sur l'espérance de vie : « Comment permettre aux personnes âgées de bien vieillir sur notre territoire ? », avec l'intervention du CLIC (centre local d'information du Pays) et de la MSA, mardi 14 juin, à partir de 13 h 30 à Matha (cinéma Le Forum) et une

Sur les addictions : « Comment réduire les souffrances psychosociales ? », mardi 21 juin, à partir de 13 h 30 à Tonnay-Boutonne (salle des fêtes ).

Une rencontre régionale aura ensuite lieu à Cognac en décembre, avec l'intervention du Conseil général.

Repost 0
Published by Bernard Maingot 2 - dans Santé
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages