Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 08:01

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Le chantier avance

20110514 ARCADYS 0954 hotel et silosL'hôtel d'entreprises (à gauche) et les silos de la Corab (coopérative régionale d'agriculture biologique).  Photo Bernard Maingot prise le 14 mai 2011

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY –Je ne l'avais pas annoncé et donc peu de lecteurs sont allés le voir. Mais il existe : c'est l'album sur Arcadys. Il sera complété périodiquement en fonction de l'avancement des travaux et des changements constatés.

Si le lien ne fonctionnait pas cliquer sur http://angely2.over-blog.com/3-album-1886070.html#void

Partager cet article
Repost0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 07:07

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Quartier Voyer

le projet présenté le 30 mai

QUARTIER VOYER Un projet détaillé sera présenté en réunion publique le lundi 30 mai 2011 à 19 heures, salle Aliénor-d'Aquitaine.  Article précédent

20110530 QUARTIER Voyer réunion publique affichehttp://quartiervoyer.over-blog.com/article-reunion-publique-du-30-mai-2011-74547919.html

Partager cet article
Repost0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 15:45

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Quartier Voyer

Réunion publique le 30 mai

QUARTIER VOYER Une nouvelle réunion publique sur le Quartier Voyer aura lieu le lundi 30 mai 2011 à 19 heures, salle Aliénor-d'Aquitaine  

20110210 CASERNE voyer 3mars09 8049-bl2Caserne Voyer 3 mars 2009. PHOTO BERNARD MAINGOT 8049

La Ville veut réhabiliter ce quartier de cinq hectares situé à proximité du cœur de ville historique : il comprend une ancienne caserne militaire, un champ de foire et un ancien centre de secours  

20110530 QUARTIER Voyer réunion publique afficheCette fois, élus et agents de la Ville présenteront une proposition complète et détaillée d'aménagement. Une vidéo permettra de visualiser l'aspect futur de cet espace et les différents bâtiments qui y seront conservés ou implantés.  

L’équipe projet a tenu compte des souhaits exprimés par les Angériens au cours des précédentes réunions et des attentes des élus qui souhaitent poursuivre le dialogue. Des ateliers urbains thématiques seront organisés tout au long de la mise en œuvre de ce programme.

« Il s’agit de construire un quartier moderne et animé, avec le souci constant du développement durable. La proposition de l’équipe projet prend en compte les ressources en eau du terrain, notamment avec le forage, les éléments paysagers existants et les bâtiments de l’ancienne caserne Voyer rénovés », explique le maire Paul-Henri Denieuil.

Le projet reprend ainsi le souhait, exprimé par beaucoup, d’ouverture du mur d’enceinte et celui d’une circulation interne agréable grâce à la juxtaposition d’espaces publics et de liaisons douces. 

20110530 QUARTIER Voyer annonce réunion publique perspectihttp://quartiervoyer.over-blog.com/article-reunion-publique-du-30-mai-2011-74547919.html

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 07:01

Billet du 19 avril 2011

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Quels chantiers !

URBANISMELe point au 19 avril sur les différents chantiers et travaux en cours dans la ville  

20110416 TRAVAUX 9748 demolition abattoirsRue Georges-Brossard, les anciens abattoirs verront s'implanter l'enseigne Distri Center. PHOTO BERNARD MAINGOT (16 avril 2011)  

20110416 TRAVAUX 9755 rond point-d'aussy-blLe rond-point d’Aussy fait un hectare de surface (16 avril 2011)

De nombreux quartiers de Saint-Jean-d’Angély sont actuellement en travaux, à commencer par le  rond-point situé sur la D939, qui permettra d’entrer fin avril sur l’extension n°1 de la zone de la Grenoblerie lorsque la circulation sera rétablie. En effet une voie nouvelle longue de 280 mètres et de six mètres de largeur, baptisée rue Roger-Menaud, reliera directement le rond-point dit d’Aussy à la rue René Cassin. Tous les lots sont viabilisés et desservis, l’assainissement et les plantations réalisés Sur cette extension, la construction de la concession Peugeot-automobiles est en cours, les autres lots étant à la vente.  

20110416 TRAVAUX 9756 av roger menaud-blL’avenue Roger Menaud (16 avril 2011)  

20110416 TRAVAUX 9791 concession peugeot-blLa concession Peugeot automobiles (16 avril 2011)

A la zone de l’Aumônerie, le projet de relier l’avenue Jacques-Richard à l’avenue Jean Moulin a été décidé en conseil municipal le 17 mars, pour un montant de 217 550 euros HT. Cela permettra de remonter vers le complexe du Coi depuis le rond-point en bas d’Intermarché, le retour s’effectuant par l’avenue du Professeur Georges-Texier, qui est à sens unique.  

20110416 TRAVAUX 9803 caserne gendarmerie-blLa nouvelle caserne de gendarmerie (16 avril 2011) 

20110416 TRAVAUX 9795 caserne gendarmerie-blavec ses logements

Rue de Dampierre, la nouvelle caserne de gendarmerie, dont la pose de la première pierre   avait eu lieu le 12 janvier 2010, est bien avancée. Sur un terrain de 19 000 m², elle comprend un bâtiment administratif d’environ 1 200 m² à usage principal de bureaux, un immeuble de logements collectifs de 12 studios totalisant 270 m² de surface habitable et 37 logements individuels (deux T3, dix-sept T4, seize T5 et deux T6) représentant une surface habitable de 3 700 m². Le coût est de 5 700 000 euros HT, investissement financier de la SNI (Société Nationale Immobilière, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations), qui louera l’équipement à la Gendarmerie Nationale, la construction étant du ressort de la SEMDAS (Société d’Economie Mixte pour le Développement de l’Aunis et de la Saintonge) à titre de promoteur maître d’ouvrage.  

20110328 ARCADYS 9443 hotel entreprisesL’hôtel d’entreprises, bâtiment au label Effinergie (BBC bâtiment basse consommation). On aperçoit les panneaux photovoltaïques qui donnent au Sud. (28 mars 2011)

A Arcadys, la zone doit être livrée fin juin : les routes d’accès sont en travaux et les nivellements des îlots vont bon train. L’hôtel d’entreprises est également en bonne voie, sa livraison ayant été programmée pour septembre. A côté, on peut maintenant voir de très loin le Silo Bio Ouest qui domine la plaine des Vals de Saintonge et qui doit être terminé fin juin : il faudra stocker les récoltes, et comme cette année la nature est en avance avec le beau temps qui a régné en avril, les délais sont toujours trop courts dans ces cas-là…  

20110418 ARCADYS 9829 silo bio ouestSilo Bio Ouest se verra de très loin. Les colzas étaient en fleur (19 avril 2011)

La démolition de l’ancienne piscine Roger-Menaud étant terminée, les terrains seront bientôt engazonnés. Le projet de nouveau cinéma, qui sera situé vers le champ de foire, verra une délibération le 23 mai à la communauté de communes et le 26 mai en conseil municipal (cession du terrain à la CDC). Côté Habitat jeunes et enfance-jeunesse, l’architecte Cabinet Aerts et Planas  travaille sur son projet, les demandes de subventions sont en cours. Les appels d’offres suivront ensuite.

Et puis enfin, ce sont les anciens abattoirs dont la démolition a commencé. Ce qui était une friche bien visible avenue Georges-Brossard, entre le passage à niveau et la zone de la Sacristinerie verra s’établir Distri Center, grande surface spécialisée dans le vêtement et la chaussure en discount. L’enseigne bretonne, qui compte déjà une centaine de magasins de plus de 1 000 mètres carrés dans le grand ouest, a acquis les deux tiers des terrains du site des abattoirs à la communauté de communes (voir photo en début d’article).

Bernard Maingot

Partager cet article
Repost0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 07:00
Billet du 15 avril 2011

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Pour un écoquartier en 2020
URBANISME - La ville projette d’organiser un premier atelier « Imaginez le quartier Voyer en 2020 »

» B. M.  

20110210 CASERNE voyer 3mars09 8049-bl2Vue de la caserne Voyer en mars 2009. PHOTO ARCHIVES BERNARD MAINGOT

La Ville de Saint-Jean-d’Angély devrait organiser prochainement un premier « Workshop ». Autrement dit,  un atelier urbain, qui se déroulera dans l’ancien gymnase de la caserne Voyer, sur le thème « Imaginez le quartier en 2020 ». C’est le thème principal de ce premier atelier, qui répond au thème du dossier de pré-inscription à l’appel à projets du Ministère sur les écoquartiers de 2011.

L’idée est simple : Il s’agit de traiter de l’aménagement d’un quartier sur la base du thème principal imposé et de sous-thématiques. Cinq participants (habitants, élus, professionnels) dont un animateur se placent autour d’une table et choisissent une sous-thématique. Aidés par l’animateur les participants dessineront leur représentation de la sous-thématique choisie, aidés par des plans simplifiés (coupes, plans aériens…) avec des éléments repères du quartier (bâtis, espaces publics…) ou des feuilles vierges permettront à chacun de se lancer facilement.

Chaque table produira un dessin collectif. Les participants pourront traiter toutes les sous-thématiques mais seule la sous-thématique choisie devra être mise en avant. Environ 30 tables seront disposées pour 150 participants attendus.

Parmi les sous-thématiques choisies, citons les espaces verts (jardins public, privés, type de plantations, système de serres…) ; les activités et les lieux de divertissement (lieu de travail, cinéma, salle multifonction, maison de quartier…) ; les habitations (forme architecturale, quel type de proximité, taille…) ; les déplacements et les stationnements (liaisons douces, taille et revêtement de la voirie, type de stationnement, chemin des écoliers, pédibus, navette électrique…) ; les énergies (panneaux solaires, toitures végétalisées, éoliennes, géothermie…) ; la gestion de l’eau (mise en valeur de l’eau, gestion et récupération des eaux pluviales, bassins ludiques, arrosage…).

Les dessins signés par chaque membre du groupe seront ensuite exposés dans le hall d’entrée de la mairie. Un livret des dessins miniaturisés sera élaboré et mis en ligne sur le blog  http://quartiervoyer.over-blog.com le livret en version papier étant disponible en mairie.

Cet atelier révèlera la difficulté de se projeter sur le long terme et nourrira le projet avec les intuitions et les projections des participants : élus, habitants et professionnels. Il s’agira notamment de fondre les statuts et les âges des participants.

Déroulement de l’atelier urbain :

Certains ne connaissant pas la caserne Voyer, une visite aura préalablement lieu, encadrée par les agents de la ville. Cette découverte permettra de développer leur imagination. Enfin, les participants visionneront un film de présentation du projet pour le quartier Voyer, englobant la caserne, le champ de foire, l’ancien bâtiment des pompiers…, avant de s’attaque à l’atelier urbain lui-même.

Des précisions quant à la date de cette réunion seront connues ultérieurement.

Chose sûre : un pot de l’amitié sera offert à la fin de l’atelier.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 07:00

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – Les immeubles C et B des HLM du Coi seront démolis en 2011 et 2012. Le point avec les dirigeants d’Habitat 17

 

20110408_HLMCoi_9667_B-Rochet_Ol-Billiemaz.jpgOlivier Billiemaz et Bernard Rochet, directeur général et président d’Habitat 17, devant le bâtiment C des HLM du Coi dont la démolition sera achevée fin 2011.

Si l’entreprise vendéenne Palardy n’avait pas été retardée à Pons sur un chantier de démolition par un  problème d’amiante contenue dans la colle de dalles de sol non découvert par le bureau d’études chargé de rendre son rapport sur une démolition, l’immeuble C des HLM du Coi serait déjà en cours de déconstruction.

En effet, le permis de démolir affiché sur la résidence de 60 logements a été délivré le 7 mars. « La déconstruction ne pourra pas commencer avant juillet ou septembre, ce qui porte la fin des travaux en fin d’année », expliquent Bernard Rochet et Olivier Billiemaz, respectivement président et directeur général d’Habitat 17, chargé de gérer le parc social pour 3 600 charentais-maritimes.

Concrètement, le chantier sera d’abord sécurisé pour interdire l’accès au public, et le démontage commencera à l’intérieur, en récupérant tous les matériaux recyclables avant que la démolition ne commence. Les grosses machines (pelles mécaniques avec godets ou grappes) interviendront tandis que les tuyaux brumisateurs limiteront la poussière créée alentour par la chute des matériaux.

20110408_HLMCoi_9660_B-Rochet_Ol-Billiemaz.jpgPourquoi démolir ?

Certains locataires du bâtiment C avaient été relogés voici trois ans dans le bâtiment B (20 appartements) et d’autres étaient partis habiter ailleurs, profitant parfois des avantages des lois De Robien, Borloo, puis de l’amendement Scellier (1) pour trouver des prix moindres sur le marché. « Nous avons eu des vacances plus importantes que prévu dans le bâtiment C », détaille Olivier Billiemaz. « Nous avions alors réservé une cinquantaine de logements pour reloger tous les locataires, dont 18 logements libres dans le bâtiment B pour 17 locataires. D’autre part, le parc qui comportait (en 2004) 110 groupes d’immeubles pour 3 600 locataires était déjà dans un état de délabrement général avancé. Le plan de sauvegarde du patrimoine (PSP) avait chiffré la rénovation à 150 millions d’euros et nous n’en avons pas les moyens. En plus de nos fonds propres, il nous manquait 50 millions, avec un taux de vacances élevé. Après les diagnostics thermiques, phoniques et électriques, il a fallu étudier ce qui serait rénové ou démoli. Certains autres immeubles du parc angérien, faciles à isoler, ont d’ailleurs des escaliers trop petits et restent un problème pour respecter les règles imposées par le Grenelle de l’environnement quant à l’accès des personnes à mobilité réduite. Finalement, en tenant compte du taux de vacance 2008 de 70 logements sur 150 à Saint-Jean-d’Angély, de ce qui était attractif ou non, d’un état correct ou délabré, le PSP a décidé la démolition des immeubles C et B. Le bâtiment B sera donc à son tour démoli en 2012. Nous sommes revenus sur l’immeuble A (30 logements) pour le conserver. Et puis certains locataires habitent là depuis longtemps… ».

Depuis 2008, il a fallu consulter les bureaux de contrôle, faire des diagnostics, établir le cahier des charges de démolition, faire les appels d’offres. Le temps a passé : « Nous sommes soumis au code des marchés publics et il y a des délais incompressibles ».

Le prix du marché

Un autre argument concerne le prix de location, environ 2,30 € le mètre carré, qui passerait à trois euros après rénovation. « La différence entre un bâtiment basse consommation (BBC) et la rénovation s’amenuise. Ici il y a beaucoup de familles monoparentales ou des personnes seules sans APL : on atteint vite la limite du loyer possible avec du BBC ».

Olivier Billiemaz évoque aussi le désengagement de l’Etat en matière de logement social, rappelant que les fonds propres, comptés dans le bilan, vont faire l’objet de ponctions (2 % du loyer) pour aider ceux qui en ont le plus besoin (PACA, Nord-Pas-de-Calais, etc.).

« C’est de l’inconscience réelle des services de l’Etat, rajoute Bernard Rochet. On ne peut pas dire qu’on va faire du social et prélever sur les fonds mis de côté et prévus dans ce sens ». Et d’expliquer avec Olivier Billiemaz que les différentes ressources se réduisent à peau de chagrin. « Le PLS (prêt locatif social) où les gens touchent l’APL : nous aurons zéro en 2011 contre 760 000 euros en 2010. Le PLUS (prêt locatif à usage social), qui concerne 70 à 80 % des charentais-maritimes : un euro ! Le PLAI (prêt locatif aidé d’intégration, qui remplace le PLATS, prêt locatif aidé très social (sic), pour les gens défavorisés) ne permettra pas non plus les ressources nécessaires, avec des zones plus aidées  en secteur B1 (La Rochelle/Ré) et B2 (Royan/Oléron) qu’en C. Un T3 nous revient à 126 000 € plus le foncier, soit 150 000 €. Pour un T3 de 210 000/220 000 € acheté en Scellier à Lagord ou à Puilboreau, la réduction d’impôt de 25 % en 2010 pendant neuf ans, soit 44 000 € (15 % pour un achat en 2011) ramène le prix au niveau des HLM. Même si du Scellier à huit €/m2 est hors du prix du marché à La Rochelle ».

Pour l’heure, les dirigeants d’Habitat 17 paraissent très remontés contre les difficultés qui sont nées depuis quelques années. « Nous avons 400 logements dans les cartons : il nous manque 20 000 euros par logement ! C’est la moitié du cadeau de 44 000 € évoqués à l’instant !»

20110408 HLMCoi 9474 René-Christiane

Chez René et Christiane

Il n’empêche, les locataires du bâtiment B sont mécontents : « Je suis depuis 40 ans en HLM, on m’a fait déménager voici trois ans. J’en ai eu pour 1 500 euros avec les branchements de compteurs. Pourquoi ils nous ont logés ici ? On ne nous a pas avertis franchement et on est très bien là, voyez par vous-même notre intérieur », témoignent René et Christiane, qui habitent un T3.

20110329 HLMCoi 9464 batC dégradations

Dégradations dans le bâtiment B : porte fracturée

Gabriel, un autre locataire explique : « Rendez-vous compte : l’appartement 47 au 3e étage a été refait à neuf en double vitrage, sol et peinture. Inoccupé depuis deux mois, il a été saccagé dans la nuit, ils ont pris tous les tuyaux en cuivre. Les gendarmes sont venus, mais personne n’a rien entendu ! ».

Une chose est sûre : après démolition, le terrain, qui appartient à Habitat 17, sera engazonné. En attendant mieux. Peut-être en jachère fleurie ?

Bernard MAINGOT.

 

(1) L'amendement Scellier prévoit des avantages fiscaux pendant neuf ans pour une location du bien à usage d'habitation principale. La réduction d’impôt, qui était de 25 % du prix du logement pendant neuf ans, pour les acquisitions de biens neufs en 2009 et 2010, passe à 15 % du prix de revient du logement à partir du 1er janvier 2011.

 20110408_HLMCoi_9676_permis_demolir.jpg

20110329_HLMCoi_9466_batC_degradations.jpgDégradations dans le bâtiment B : Tout le cuibre  été volé en une nuit

Documention diverse (Wikipedia)

L'instauration du dispositif Scellier BBC

La Loi Scellier introduit dans la loi de Finances rectificative pour 2009 permet de réduire de montant de ses impôts à hauteur de 25% du prix de l'acquisition pendant 9 ans. La base maximum du montant de l'investissement est de 300 000€, ce qui correspond à une réduction d'impôt maximum de 75 000 euros, soit 8333 euros par an.

La loi n° 2009-1674 de Finances rectificative pour 2009 du 30 décembre 2009 prévoit la mise en place du régime "Scellier BBC" pour inciter la construction de logements plus économes en énergie.

L'instauration de ce dispositif aurait pu se mettre en place dès le 1er janvier 2010. Ce régime spécifique s'appliquera finalement à partir de 2011 aux investissements effectués dans des logements qui bénéficient de la norme BBC (Bâtiment de basse consommation).

La décision de reporter l'entrée en vigueur du régime Bâtiment Basse Consommation a été prise en Commission Mixte Paritaire. L'article 39 de la loi n°2009-1674 du 30 décembre 2009 précise que "lorsque le contribuable acquiert ou fait construire un logement neuf dont le niveau de performance énergétique globale, déterminé dans des conditions fixées par décret et justifié par le bénéficiaire, est supérieur à celui qu'impose la législation en vigueur, le taux de la réduction d'impôt est majoré de dix points pour les logements acquis ou construits en 2011 et 2012"(Article 199 septvicies du Code Général des Impôts).

L'avantage fiscal du régime BBC

Ainsi, à partir du 1er janvier 2011, le dispositif Scellier sera constitué de deux régimes qui seront en vigueur jusqu'au 31 décembre 2012.

Pour un investissement en Scellier BBC, la réduction d'impôt restera équivalente à 25% du prix de revient de l'investissement

Pour l'acquisition d'un logement en Scellier classique, la réduction d'impôt sera abaissée à 15% du coût du bien.

Pour illustrer la différence entre les deux régimes Scellier, prenons l'exemple d'un investissement dans un logement T2 d'une valeur de 150 000 euros :

  • Si le logement bénéficie de la norme BBC, l'investisseur aura droit à une réduction d'impôt de 25% sur 150 000 euros, soit un avantage fiscal de 37 400 euros étalé sur neuf ans. Annuellement, cela correspond à une diminution d'impôt de 4167 euros.
  • Si le logement ne bénéficie pas de la norme BBC, l'investisseur aura droit à une réduction d'impôt de 15% sur 150 000 euros, soit un avantage fiscal de 22 500 euros étalé sur neuf ans. Annuellement cela correspond à une diminution d'impôt de 2500 euros.  

La norme Bâtiment Basse Consommation[

Le label Bâtiment Basse Consommation répond aux objectifs de construction fixés par le Grenelle de l'Environnement.

Le niveau de consommation maximal d'un logement labellisé BBC est fixé à 50 kWh/m2 par an, avec des variations selon la zone climatique et l'altitude de la construction : le seuil maximum est plus élevé dans les régions qui demandent davantage d'énergie thermique par rapport à celles qui bénéficient d'un climat plus doux

Le calcul de ce niveau de consommation est appliqué au chauffage, au rafraîchissement, à la ventilation, à l'eau chaude sanitaire, aux auxiliaires de chauffage et d'éclairage.

Amendement Scellier 

L'amendement Scellier est un amendement introduit dans la loi de Finances rectificative  de 2008[2], ayant ajouté l'article 199 septvicies au Code général des impôts.

L'arrêté pris pour son application définit les communes se caractérisant par un déséquilibre entre l'offre et la demande de logements comme correspondent aux zones A, B1 et B2 délimitées dans l'annexe à l'arrêté du 10 août 2006[4] relatif au classement des communes par zones. Les plafonds de loyer et de ressources des locataires sont les mêmes[5].

L'objectif affiché de cet amendement est de remplacer à terme les lois Robien et loi Borloo et de soutenir l'investissement locatif privé, en crise depuis septembre 2008 et le début de la crise financière.

L'amendement Scellier permet une réduction d'impôt équivalente à 25 % du montant du prix du bien immobilier, dans la limite de 300 000 € et d'un engagement de location de 9 ans.

Amendement Scellier : définition

L'amendement Scellier est issu de la réforme de la loi Robien, qui a été mis en place lors de la loi de finances de 2009, afin de dynamiser le secteur de l’investissement locatif mis à mal lors de dernier trimestre de l’année 2008.

L'objectif de l'amendement Scellier est de remplacer progressivement les régimes loi Robien (dont les effets ont pu être critiqués) et loi Borloo qui ont disparu depuis la fin de l'année 2009. À partir du 1er janvier 2009, grâce à l'amendement Scellier les investisseurs peuvent choisir entre la défiscalisation avec l'amendement Scellier, et la défiscalisation en loi Robien dans sa version actuelle, dite loi Robien recentrée.

Les investissements concernés par la réduction d'impôt au titre de la loi Scellier sont :

  • d’un logement neuf, en l’état futur d’achèvement,
  • la construction d’un logement,
  • la transformation en logement d’un local affecté à un usage autre que l’habitation,
  • la réalisation, dans des logements qui ne satisfont pas aux caractéristiques de décence, de travaux de réhabilitation permettant aux logements d’acquérir des performances techniques voisines de celles des logements neufs,
  • l’acquisition d’un logement inachevé en vue de leur achèvement,
  • la souscription, au capital de SCPI à condition que 95 % de la souscription serve exclusivement à financer un investissement pour lequel les conditions d’application de la réduction Scellier sont remplies.

Les avantages fiscaux de l'amendement Scellier

Les avantages fiscaux de l'amendement Scellier dépendent d'une location du bien pendant 9 ans pour un usage d'habitation principale. Dans ce cas, ils permettent :

- Réduction d’impôt équivalente à 25 % du prix du logement pendant 9 ans, pour les acquisitions de biens neufs du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2010. À partir du 1er janvier 2011, la réduction passera à 15 % du prix de revient du logement (source : loi de finance pour 2010). Il est possible de proroger l'engagement de location pendant 3 ans, renouvelable une fois. La réduction d'impôt sera alors de 2 % par an. Il est donc possible d'obtenir au total 37 % de réduction d'impôt sur 15 ans.

- La réduction d’impôt Scellier de 25 % est étalée sur 9 ans, à raison d'un neuvième par an. Soit pour un investissement de 100 000 € une défiscalisation de 2 777 € chaque année pendant 9 ans.

- Lorsque la réduction d’impôt excède l’impôt à payer, le différentiel est reportable sur les 6 années suivantes.

- Il n'y a pas de plafond de ressources du locataire à respecter mais un plafond de loyer. Le plafond de loyer sera variable en fonction du lieu d’implantation géographique du bien immobilier. Les zones éligibles à la défiscalisation avec l'amendement Scellier sont les zones A, B1 et B2 (comme pour la loi Robien), c'est-à-dire Paris et la Côte d'Azurn(zone A) et les autres grandes villes. La zone C (le reste du territoire) est exclue du dispositif de l'amendement Scellier afin d’éviter la construction de programmes dans les villes où le marché locatif est déjà saturé - saturation qui a conduit aux critiques de la loi Robien, certains propriétaires n'ayant pu bénéficier des avantages fiscaux faute de trouver des locataires.

 

20110329 HLMCoi 9498 batA 30logements Le bâtiment A sera conservé (30 logements)

20110329 HLMCoi 9497 batB 20logementsLe bâtiment B (20 logements) sera démoli en 2012

20110329 HLMCoi 9496 batc 60logementsLe bâtiment C (60 logements) sera démoli en 2011

Partager cet article
Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 06:30

Vendredi 11 février 2011 – Billet 85 » Texte et Photos ©Bernard Maingot

Les articles "Urbanisme" sont ICI sur le blog 1

Les articles "Urbanisme" sont ICI sur le blog 2

Le blog du quartier Voyer : les prémices du nouveau quartier

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Pour abattre les murs

de la caserne Voyer

URBANISME Jeudi 10 février, les présents à la deuxième réunion publique concernant le projet de  rénovation du quartier Voyer se sont déterminés pour une suppression des  murs d’enceinte de la caserne.

» Bernard Maingot  

20110210 QUARTIER Voyer réunion publique 7983-bl2De gauche à droite : Eric Zalcman, Valéry Brandela, Christophe Libault, Aurélie Fanzy, Paul-Henri Denieuil et Jacques Castagnet. PHOTO BERNARD MAINGOT

20110210 QUARTIER Voyer réunion publique 7982-bl220110210 QUARTIER Voyer réunion publique 7980-bl2Après la première réunion du 22 novembre dernier, où le projet de rénovation de la caserne Voyer et des alentours allait envisager quatre scénarios, le projet présenté jeudi soir à la salle Aliénor-d’Aquitaine n’en comptait plus que deux, pour tenir compte des observations qui ont été émises : ne pas concurrencer le commerce du centre-ville ; concevoir des équipements publics significatifs dignes de la ville et d’un XXIe siècle qui devait être pratique et agréable, tenant compte du développement durable ; supprimer le « bouchon » pour un meilleur accès à la ville ; utiliser l’eau à 41 °C du forage (60 m3/h) pour des projets géothermiques ; avoir un projet ambitieux...

20101122 enjeux-hypothese-1

 

20101122 enjeux-hypothese-2

 

20101122 enjeux-hypothese-3

 

20101122 enjeux-hypothese-4En présence du maire Paul-Henri Denieuil, de Jacques Castagnet, adjoint chargé de l’urbanisme, d’Aurélie Fanzy, responsable du pôle aménagement et du pôle économique à la mairie, le projet a été présenté par Christophe Libault, architecte-urbaniste à Mérignac, Valéry Brandela, architecte paysager-urbaniste à Bordeaux, et Eric Zalcman, spécialiste de l’eau au cabinet Ingerop.

20110210 QUARTIER Voyer réunion publique 7986-bl220110210 QUARTIER Voyer réunion publique 7997-bl2La rénovation de la caserne Voyer se ferait en abattant les murs de l'enceinte pour une ouverture sur la ville. PHOTO BERNARD MAINGOT.

20110210 QUARTIER Voyer réunion publique 8001-bl2Le premier scénario consistait à conserver le mur d’enceinte de l’ancienne caserne Voyer, en mettant ses murs en valeur par un écrin de jardins en terrasse. L’éco quartier serait aménagé à l’intérieur de l’enceinte rénovée et percée de grilles. Une serre exotique serait implantée vers les Allées d’Aussy. La traversée des allées d’Aussy vers la ville se ferait à travers de grands jardins aménagés, la trame urbaine se complétant au sud du champ de foire.

20110210 QUARTIER Voyer réunion publique 8006-bl2La seconde hypothèse envisageait l’ouverture complète du quartier en détruisant une partie du mur d’enceinte, afin de relier le centre-ville et la gare en traversant le nouveau quartier par de nouvelles rues. L’avenue du Général-Leclerc serait dédoublée en deux sens uniques dont un traverserait l’enceinte de la caserne

Quelle que soit l’hypothèse retenue, l’eau du forage ferait partie intégrante du projet, avec le chauffage d’une serre exotique et la production de chaleur pour chauffer une partie des bâtiments (9 000 m2) via un échangeur, l’eau refroidie irriguant de nouveaux bassins. Le bâtiment principal de la caserne serait réservé à l’administratif et au tertiaire.

20110210 QUARTIER Voyer réunion publique 8022-bl2 

20110210 QUARTIER Voyer réunion publique 8023-bl220110210 QUARTIER Voyer réunion publique 7991-bl2Les deux bâtiments parallèles recevraient des logements en duplex (ou 28 studios) sur 1 200 m2 et autant de surface en tertiaire.

20110210 QUARTIER Voyer réunion publique 8012-bl2Un cinéma de 1 500 m2 (3 salles) et une salle multifonctions de 500 m2 (ou trois salles pour des réunions, sessions d’échange ou de formation) seraient prévus sur l’espace des anciens bâtiments ayant servi aux pompiers (SDIS).

Le public a posé de nombreuses questions sur l’ambition du projet et les besoins de la ville, sur le devenir des vieux chênes qui seront conservés, tout comme le kiosque, sur la géothermie. « Si vous n’avez pas de projet ambitieux, vous n’aurez rien à vendre et n’intéresserez pas les investisseurs », répondit le maire.

A la fin des débats, le public s’est prononcé à la quasi-majorité pour détruire les murs d’enceinte. « Deux autres réunions publiques s’ensuivront », a précisé le maire.

Certains Angériens n’ayant jamais pénétré dans l’ancienne caserne, Jacques Castagnet a annoncé en fin de séance qu’une visite « serait organisée dans les prochaines semaines ».

Bernard Maingot  

Partager cet article
Repost0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 16:41

Lundi 7 février 2011 – Billet 74 » Photos Bernard Maingot, municipalité & Dailymotion

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Des projets pour le quartier Voyer

réunion publique, blog et café urbain

URBANISME Des projets d’aménagement du quartier Voyer seront présentés aux Angérien jeudi 10 février à 19 heures, salle Aliénor-d’Aquitaine.  

20110210 CASERNE voyer 3mars09 8049-bl2Vue aérienne de la caserne Voyer et des alentours en mars 2009. PHOTO ARCHIVES BERNARD MAINGOT

Voir l'album Un voyage en mongolfière

Après une première réunion publique, le 22 novembre dernier, consacrée au diagnostic et aux pistes de réflexion sur l’avenir du quartier Voyer, la municipalité dialoguera à nouveau avec les Angériens, le jeudi 10 février à 19 heures, salle Aliénor-d’Aquitaine. Un comité de pilotage a affiné plusieurs scénarios d'aménagement, parmi lesquels le conseil municipal choisira le plus pertinent.

« L’objectif de ce grand projet municipal est de construire le Saint-Jean-d’Angély de demain, a expliqué le maire, Paul-Henri Denieuil. Comme nous l’avons promis, nous associons la population aux différentes étapes qui conduiront au projet définitif. C’est ensemble que nous dessinerons le nouveau visage de notre ville ».

Autre nouveauté, avec la mise en ligne d’un blog qui permettra de connaître l’état d’avancement du projet Voyer et de recueillir des avis, où sont présentés une vidéo, des schémas et des plans. http://quartiervoyer.over-blog.com  

20110208 VOYER video dailymotionhttp://www.dailymotion.com/MairieSJY#videoId=xgngwv  

Cliquer sur la photo (ou sur le lien)

Un café urbain le 1er mars

La Ville de Saint-Jean-d'Angély organise son premier Café urbain qui aura pour thème : Qu'est-ce qu'un éco quartier : du projet politique à la réalisation. 

Cet événement se déroulera mardi 1er mars 2011, de 18 à 20 h, au bar "le Commerce" place André-Lemoyne.

 

Qu'est ce qu'un Café Urbain ?

Formule largement inspirée des cafés philosophiques des années 1990, le café urbain est une pratique de soirée thématique de sensibilisation, portant sur les enjeux qui concernent les citoyens. Ces rencontres ont comme objectifs d’aborder collectivement l’aménagement d’un quartier, de livrer des informations et des notions de base en urbanisme et en environnement. Elles peuvent se dérouler dans les locaux d’un organisme communautaire ou dans différents restaurants, cafés et autres lieux publics d’un quartier.

Fixes ou itinérantes, ces rencontres prennent différentes formes : conférence, rencontre-échange ou panel de discussion, atelier pratique. Quelques invités de l'extérieur ou du quartier, généralement trois, font une courte présentation des principaux enjeux rattachés à la thématique. Puis les citoyens sont appelés à poser des questions, à émettre des opinions et à débattre des enjeux. 

 

Au programme 

18 h : La notion d'éco-quartier, par Aurélie Fanzy, responsable du Pôle Aménagement et Développement économique de la Ville.

18 h 20 : Quelles évolutions des pratiques pour les professionnels ? L'adaptation des pratiques aux contextes urbains, par Michel Nicolet, dirigeant du Groupe d'études Nicolet.

18 h 40 : Quelles nouvelles réalités urbaines ? De l'éco-construction à l'éco-aménagement, par Stéphane Canonne, chef de projet à SIPEA Habitat

19 h : Quel cadre pour la mise en œuvre de tels projets à Saint-Jean-d'Angély ; par Gilles Raillard, conseiller municipal, et Julie Longeville, chargée de mission en charge de l'Agenda 21

19 h 20 : Quelles perspectives de mise en œuvre sur le quartier Voyer ? par Jacques Castagnet, adjoint à l'Urbanisme et Christophe Libault, gérant du cabinet NECHTAN - architecte mandataire de l'équipe projet Voyer  

19 h 40 : Débat et clôture du café urbain par Paul Henri Denieuil, maire de Saint-Jean-d'Angély

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages