Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 19:23

FONTENET (CANTON DE SAINT-JEAN-D'ANGÉLY)

Michel Villain, maire de Fontenet,

Un homme qui était très apprécié

20110722-michel-villain-2922.jpgFONTENET Michel Villain, maire de Fontenet, est décédé vendredi matin 22 juillet 2011. Il laisse le souvenir d'un homme de dialogue, travailleur, discret et empli de bon sens.

Michel Villain, élu maire de Fontenet en 2008, est décédé hier matin à son domicile, à l'âge de 67 ans. Une disparition surprenante qui laisse dans un grand désarroi son épouse Micheline et toute sa famille. Le conseil municipal, les élus et ses amis sont tout aussi désemparés par un décès auquel personne...

Le texte est rédigé mais ne paraîtra que samedi 23 juillet à 11 heures. Vous le trouverez bien avant  dans Sud Ouest en page Saint-Jean-d'Angély (édition 18 C Saintes/Saint-Jean-d'Angély).

Je peux quand même vous informer des obsèques : Les obsèques, probablement célébrées par le Père Bigot, se dérouleront mardi 26 juillet à 14 h 30 en l'église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-d'Angély. Elles seront suivies de l'inhumation au cimetière de Fontenet.

A sa famille et à ses proches, je présente mes très sincères condoléances.

PS : Lire ci-dessous l'article complet publié le 23 juillet  

Michel Villain, maire de Fontenet, est décédé le 22 juillet 2011

Partager cet article
Repost0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 06:58

20110602_VARAIZE_tournoi_sixte_annonce.jpg

Partager cet article
Repost0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 06:57

20110602 VARAIZE brocante annonce 711bl2

20110602 VARAIZE brocante annonce 712bl2

20110602 VARAIZE brocante annonce 715bl2Renseignements au 05 46 26 37 40

Partager cet article
Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 11:39

Billet 173 du mardi 15 mars 2011  

Des articles sur "Fontenet" sont ICI (Blog 1) et (Blog 2)

Voir l’album Photo du 12 mars

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY - FONTENET

L’info locale, c’est sur Hélène FM

Quelques interviews sur

"Tous à Fontenet le 12 mars"

PRISON DÉPARTEMENTALE Voici quelques sons à écouter sur Hélène FM (92 Mhz à Surgères et 102.9 Mhz à Saint-Jean-d’Angély) : déclarations de Jean-Pierre Raffarin, Michel Villain, Paul-Henri Denieuil, Fabienne, Laurent, Véronique…  

20110314 PRISON sur helene fm manif fontenet20110314 PRISON sur helene fm manif fontenet220110312 PRISON élus mur 12 mars 2011 art helenefmVoir l’album Photo  

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 20:47

Les articles Infos-Presse sont ICI sur le blog 1 et ICI sur le blog 2

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY - FONTENET

La mobilisation a été forte  

20110312 PRISON manif Fontenet 8889 élus mur pour articleIls ne sont pas tous sur la photo. PHOTO BERNARD MAINGOT. Voir l’album Photo

 

Un article à lire dans Sud Ouest

 

13 mars 2011 09h14 | Par Philippe Brégowy

Prison à Fontenet : ils étaient 500 à y croire

Élus de tous bords et citoyens se sont rassemblés pour soutenir la candidature de la ville pour l'accueil de la prison départementale

    

 20110313 ils-étaient-500-à-Fontenet 340952 15972943 460x3

Sur les 118 maires que compte l'arrondissement, près de 90 avaient répondu à l'appel. photo philippe bregowy

 

« Nous voulons la prison. » Tel était le leitmotiv des 500 personnes réunies hier matin dans le village de Fontenet, à quelques kilomètres de Saint-Jean-d'Angély. Sous les parapluies, de nombreux Saintongeais anonymes et des élus. Beaucoup d'élus. Et de toutes les formations politiques.

 

À l'origine de cette manifestation, le maire de Saint-Jean-d'Angély, Paul-Henri Denieuil. Son pari de réunir les forces vives de l'arrondissement… Lire la suite

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 01:19

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY - FONTENET

« Tous à Fontenet »

l’album photos est ligne ici

20110312 PRISON manif Fontenet 8889 élus mur pour articlePRISON DÉPARTEMENTALE L’album de photos « Manifestation pour une prison à Fontenet » est en ligne. J’y rajouterai d’autres photos, antérieures à la manifestation du 12 mars, publiées dans des articles précédents. Ce sera l’occasion de retourner voir l’album pour voir ces additifs.

A noter qu’environ 800 personnes ont répondu à l’appel de Paul-Henri Denieuil, maire de Saint-Jean-d’Angély, et de Michel Villain, maire de Fontenet. Les élus de l’arrondissement - toutes tendances confondues – sont venus nombreux soutenir le projet d’implantation du centre pénitentiaire : plus de 70 maires et 40 adjoints avient ceinte leur écharpe d’élus municipaux.

» Bernard Maingot

Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 18:07

Billet 165 du 11 mars 2011 » Photos Bernard Maingot

FONTENET (CANTON DE SAINT-JEAN-D’ANGÉLY)

Tous ensemble à Fontenet

le meilleur projet pour la prison départementale

PRISON DÉPARTEMENTALE Demain samedi 12 mars, à 11 heures, les élus de l’arrondissement de Saint-Jean-d’Angély appellent la population à une grande manifestation pour soutenir l’implantation de la future prison départementale à Fontenet (les autres communes en lice sont Angliers, Dompierre-sur-Mer, Tonnay-Boutonne et Saintes).

» Bernard Maingot  

20110309 PRISON affiches mairie 8731Pour démontrer que le projet de Fontenet a le soutien de tous et qu’il est techniquement le meilleur, les élus du Pays des Vals de Saintonge, toutes tendances confondues, invitent donc à participer à la construction d’un mur symbolique devant la mairie de Fontenet, où chaque pierre portera le nom d’une commune.

Sont également prévus une visite de l’ancien camp militaire, une exposition dans la salle des fêtes sur l’histoire des lieux, occupés par l’armée française, puis par l’occupant allemand et enfin par les forces américaines dans le cadre de l’OTAN, et les arguments en faveur de la prison à Fontenet. Un buffet clôturera cet événement.

20110309 PRISON affiches mairie 8734

 

Vous aimerez peut-être aussi :

19.06.2010 Prison en Charente-Maritime : ce sera Fontenet

23.06.2010 Prison : « La décision de construire n'est pas encore prise »

30.06.2010 Fontenet ? « Une hypothèse »

26.07.2010 Les portes du pénitencier bientôt vont se refermer

27.07.2010 « Les maisons d’arrêt sont d’un autre siècle »

30.07.2010 «  Nous sommes pris pour des pions »

20.09.2010 Les candidatures se multiplient

24.09.2010 La mémoire de Fontenet

25.09.2010 En ordre… dispersé

27.09.2010 Du rififi pour une candidature

08.10.2010 La Rochelle : Maxime Bono veut une prison dans l'agglomération

20.10.2010 Les matons ne seront pas sur le pont de l'île de Ré samedi matin

26.10.2010 Prison : le grand oral des Saintongeais

27.10.2010 L'outsider en rêve

29.10.2010 En bloc (presque) uni pour défendre l'implantation du futur centre pénitentiaire départemental

08.11.2010 Le dossier est bouclé dans les délais

13.11.2010 « Une harmonie entre le littoral et l'arrière-pays »

18.11.2010 Prison départementale : Fontenet, un dossier béton

26.11.2010 Les élus sont très inquiets

02.12.2010 Quatre voix contre la prison

09.12.2010 « Le dossier est disponible en mairie »

15.12.2010 Maxime Bono est confiant

17.12.2010 Prison : le maire défend le dossier au ministère

28.12.2010 Angliers également candidate à la prison

19.01.2011 La fermeture de la prison, une menace pour Ré ?

27.01.2011 « Dompierre et Fontenet retiennent l'attention »

10.02.2011 Prison : la candidature saintaise est fin prête

21.02.2011 Les élus demandent la prison à Fontenet

24.02.2011 La case prison des politiques

25.02.2011 Prison : Didier Quentin ne choisit pas de site

26.02.2011 Pourquoi pas deux prisons ?

26.02.2011 Un centre « au cœur de la saintonge »

27.02.2011 Ile de Ré : ils votent pour Dompierre et bloquent le pont

28.02.2011 Ils ont marché pour Dompierre-sur-Mer

08.03.2011 Les élus se mobilisent

20110307 PRISON affich mairie 8634-bl2

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 18:01

Le 11 mars 2011 – Source : communiqué de presse mairie de Saint-Jean-d’Angély

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – FONTENET – PROJET DE CENTRE PÉNITENTIAIRE

Les atouts de Fontenet (suite)

La suite du communiqué de presse reçu ce vendredi 11 mars (voir article précédent, retraçant l’histoire du camp de Fontenet.

Histoire d’un village et d’un camp

La voie gallo-romaine d’Ebéon traversait le territoire de Fontenet, mais les lieux, à l’époque des Romains, n’étaient pas habités. C’est dans une charte signée par Hugues Capet peu avant 990 que le nom de Fontenet apparaît pour la première fois. Jusqu’à la Révolution, le village abrite un prieuré dépendant de l’abbaye bénédictine de Saint-Jean d’Angély. La vie y est paisible, hormis en temps de guerre.

En 1373, pendant la Guerre de Cent ans, la Saintonge est ravagée par les troupes anglaises. Installées dans l’église, elles l’endommagent au point qu’il fallut reconstruire le chœur.

L’autre épisode dramatique date de la Seconde Guerre mondiale. Le 31 décembre 1943, un bombardement allié, qui visait le camp militaire occupé par la Luftwaffe, touche le hameau de la Combe. Dix civils sont tués. Un deuxième bombardement, le 27 mars 1944, détruit le hameau de la Crochette, qu’heureusement les habitants avaient fui. Ce camp militaire, pendant près de 40 ans, a rythmé la vie du village. C’est à deux Angériens, André Guillon, un architecte passionné d’aviation, et le général Jauneaud, chef de cabinet de Pierre Cot, ministre de l’Air en 1936-37, que Fontenet doit son camp militaire. À cette époque, l’Armée de l’Air, déjà installée à Saintes, Angoulême et Cognac, cherche un nouveau site. Ce sera Fontenet, plutôt que Saint-Denis-du-Pin ou Ternant, aussi sur les rangs…

Les choses vont vite, malgré l’opposition des propriétaires de terrains et du conseil municipal…

L’État décrète la procédure d’urgence, achète 120 hectares et conduit les travaux à marche forcée… 

fontenet la gareLa gare de Fontenet-Varaize  

Les premiers avions militaires, des Bréguet 27 de reconnaissance et des Potez 585 d’entraînement arrivent en septembre 1937. Ceux des Ailes angériennes sont déjà là…

Même si, au printemps 1939, le GAR 545 quitte Fontenet pour la Lorraine, l’activité sur le camp ne ralentit pas. École de pilotage, école de radionavigants… À la veille de la déclaration de guerre, 400 personnes vivent là, 3 000 militaires en mars 1940, dont 1 200 à l’instruction. La débâcle survient… et, le 21 juin, pour la dernière fois, on hisse le drapeau français. Les avions sont évacués vers le Sud, sauf un, un Farman quadrimoteur, qui rallie l’Angleterre. Quatre jours plus tard, les Allemands s’installent… pour quatre ans. La Luftwaffe complète les travaux des Français, bitume la route du camp, allonge les pistes et crée, à l’été 42, le groupe de chasse Est, qui forme des pilotes pour le front soviétique. À Fontenet comme à Saint-Jean-d’Angély, on s’inquiète de ces avions qui volent à basse altitude, rasent les toits et les peupliers…

Surviennent enfin les bombardements alliés. Les Allemands s’énervent, arrêtent le maire du village, Ludovic Quintard, qui sera déporté outre-Rhin, déplacent leurs bombes et leurs munitions dans les fermes. La Gestapo surveille le personnel civil… et torture au presbytère. Finalement, le 19 août 1944, les Allemands entament la destruction de leurs installations et s’enfuient avant la fin du mois. Il faudra attendre l’automne 1951, la Guerre froide et la signature du Traité de l’Atlantique Nord créant l’OTAN pour voir arriver les Américains…  

fontenet cpa égliseL’église de Fontenet, carte postale de 1910

Plus d’avions, mais le camp, dont toutes les constructions sont renouvelées, devient un important dépôt. Les pièces détachées sont débarquées à La Rochelle, acheminées à Fontenet où l’on assemble des engins expédiés ensuite vers les bases américaines de toute l’Europe occidentale.

Fontenet assure aussi l’approvisionnement de celles installées en France et, en 1959, accueille le 83e Bataillon du Génie. 1 500 militaires, essentiellement américains, vivent sur la base, qui fournit aussi du travail à 1 500 civils, qui, pour la plupart, demeurent dans la région. Pour Fontenet et les alentours, c’est l’époque dorée. Une voie ferrée, dite « voie américaine », est aménagée entre la gare de Saint-Jean et le camp. À Saint-Julien-de-l’Escap, on construit les 52 logements à l’américaine de Château-Gaillard. À Saint-Jean-d’Angély, on réalise le lotissement du Point du Jour pour accueillir les familles venues d’outre-Atlantique. Fontenet compte deux épiceries, une boucherie, un coiffeur, une pension de famille, deux cantines servant 400 repas et pas moins de sept débits de boissons. On envisage même la création d’une usine de moteurs d’avion qui aurait employé 5 000 personnes…

En 1961, une partie des Américains quitte Fontenet pour Châtellerault. Deux ans plus tard, le camp ferme, avant même la décision du Général de Gaulle, en 1966, de quitter les organes militaires de l’OTAN. Le 23 mars 1968, le camp est remis officiellement aux autorités militaires françaises…  

fontenet camp-et-chateau-d'eauLe camp et le château-d’eau, aujourd’hui détruit

 

fontenet chateau-d'eauLe château-d’eau

Dès 1963, des projets tentent de redonner vie aux lieux. En septembre 1968, la création de la Compagnie Industrielle de Fontenet apporte l’espoir. Il sera de courte durée. Pire, les bâtiments seront pillés, dégradés, à tel point qu’il a fallu faire intervenir les bulldozers. C’est la communauté de communes de Saint-Jean-d’Angély qui, la première, a acquis auprès des Domaines une trentaine d’hectares, où se sont installées quelques entreprises. À la fin des années 90, l’Armée a vendu la centaine d’hectares restants au Conseil général. Depuis lors, seule la Soditer, une usine de traitement des boues de La Rochelle, s’est installée. Puis est né le projet de prison…

(Source : » Fontenet, images d’autrefois», de Germaine Lacroix, Micheline Villain et Jean-

Marie Chapelle – Editions Le Passage des Heures).

Le camp de Fontenet

1936 - 1940 : une base aérienne française

1936 : Pierre Cot, Ministre de l’Air du Front Populaire, structure les forces aériennes en 38 G.A.R. Groupes aériens régionaux (GAR) dont 17 escadrilles nouvelles

1937 : Grâce à l’architecte angérien Guillon (cinéma Eden) le site de Fontenet est choisi. Les travaux commencent avant même la fin des expropriations (une centaine de parcelles)

1er  septembre : Création du G.A.R. 545 à Saint-Jean d’Angély sous le commandement du capitaine Faucillon. Equipé de Bréguet 27 chargés de missions d’observation et de reconnaissance et de Potez 585 pour l’entraînement des réservistes, son insigne est un faucon doré planant.

1938 : Construction de la route d’accès au camp. Construction des logements pour les aviateurs à Saint-Jean-d’Angély

1939 : Printemps : Avec la tension internationale le G.A.R. 545 est transféré à Nancy-Essey, Auxerre et enfin à l’Armée du Nord.

1er  mai : Le lieutenant-colonel Cottez prend le commandement d’une école de pilotes et d’une école de radionavigants dans les installations en cours d’achèvement

1940 : 21 juin : évacuation du camp par les troupes françaises suite à la Débâcle du printemps.

1940 - 1944 : le camp de Fontenet à l’heure allemande

1940 : 25 juin : Après l’Armistice, l’aviation allemande, la Luftwaffe, investit le terrain et en fait une base pour les élèves pilotes de Messerschmitt. D’importants travaux sont réalisés : allongement des pistes, nouveaux aménagements et hangars, dépôt de bombes. La population subit les réquisitions de l’occupant (travailleurs, logements)

1942 : été : Création du groupe de chasse « Est » formant les pilotes pour le front russe, participant à l'escorte des avions de reconnaissance côtière, assurant la défense aérienne.

1943 : A partir de septembre, les survols et bombardements par les Alliés se multiplient

31 décembre : Les forteresses volantes alliées bombardent le camp. Une partie des bâtiments est touchée mais les bombes atteignent également des habitations du hameau de La Combe où dix personnes sont tuées.

1944 : 10 janvier : Arrestation et déportation du maire de Fontenet, Ludovic Quintard

27 mars : Nouveau bombardement allié causant d'importantes destructions. Le hameau de La Crochette, heureusement vide de ses habitants, est atteint.

19 – 27 août : Destruction du camp par les Allemands avant leur évacuation.

Après la Libération, des prisonniers de guerre Allemands sont internés. Un groupe d'aviateurs polonais séjourne à Fontenet. L'armée de l'air française occupe les lieux jusqu'au début des années 50.

1951 - 1963 : L’âge d’or de la présence américaine

En 1949, la création de l'OTAN prévoit l'installation de bases américaines et canadiennes en Europe

1951 : septembre-octobre : Les troupes américaines prennent possession du camp de Fontenet qui perd sa vocation aérienne. Il devient un important dépôt de pièces détachées débarquées au port de La Rochelle et le lieu d'assemblage de véhicules militaires ensuite acheminés vers d'autres bases européennes.

1959 : installation du 83e bataillon du Génie. Les constructions sont renouvelées : hangars, logements, infirmerie, salle de spectacles, cinéma, magasins, installations sportives. Aménagement d'une voie ferrée « américaine ».

L'importante population militaire et civile du camp est une aubaine pour Fontenet qui connaît une période de prospérité avec de nombreux commerces.

Des logements sont construits à Saint-Julien de l'Escap (lotissement Château-Gaillard) et à Saint-Jean-d'Angély (lotissement Point du Jour). Les autobus et les « belles américaines » sillonnent les routes du Pays.

Mais cette prospérité est éphémère. Le projet d'une usine de réparation de moteurs d'avions avec la construction d'une centrale thermique est abandonné.

1961 : une grande partie des troupes américaines quitte Fontenet pour Châtellerault.

1963 : Fermeture du camp, néanmoins gardé par un détachement de Polonais. L'arrêt de l'activité

américaine entraîne le licenciement brutal des 400 civils français employés.

1966 : La décison de quitter l'OTAN prise par le général De Gaulle signifie la fermeture des bases américaines en France.

1968 : 13 mars : Le camp est remis aux autorités françaises.

L'armée française cesse d'utilise les lieux comme terrain de manœuvres dans les années 1990.

Dès 1963, une reconversion industrielle du site est envisagée. La communauté de communes et le Département de la Charente-Maritime acquièrent les terrains mais le nombre des implantations et des créations d'emploi reste limité. La Soditer s'installe en 1998.

Aujourd'hui, le projet de création d'un centre de détention est la meilleure proposition de reconversion du site du camp de Fontenet et une opportunité de redynamiser l'emploi en Vals de Saintonge.

Sources : Jean-Marie Chapelle « le camp de Fontenet. Histoire locale… histoire mondiale » (2008)  

fontenet vue aerienneCamp de Fontenet : Vue aérienne

 

1936-1940 Une base française

fontenet base aérienne-1  fontenet base aérienne-2

fontenet insigne groupe 545Insigne du Groupe aérien 545

 

1940-1944 Le camp à l’heure allemande

 

20100626 st-julien noel santon 3865-blDessins de Noël Santon : les Alliés bombardent le camp de Fontenet

 

20100626 st-julien noel santon 3866-blDessins de Noël Santon sur l’occupation allemande à Saint-Jean-d’Angély.

 

fontenet bombardement allié-025(photo DR)Bombardement de la base allemande par les Alliés

 

1951-1963 La présence américaine

 

fontenet présence américaine-1fontenet présence américaine-2fontenet présence américaine-3Le camp américain

fontenet crédits

Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 18:00

Le 11 mars 2011

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – FONTENET – PROJET DE CENTRE PÉNITENTIAIRE

Les atouts de Fontenet

"Nous voulons la prison"

"Tous à Fontenet samedi 12 mars"

A la veille de la manifestation du samedi 12 mars à Fontenet, le maire de Saint-Jean-d’Angély, Paul-Henri Denieuil, a fait parvenir ce vendredi à la presse un communiqué sur les atouts du camp de Fontenet sur l’implantation du centre pénitentiaire départemental projeté par le ministère de la Justice. J’ai trouvé intéressant, à titre d’information, de porter son contenu à votre connaissance, à l’exception de quelques photos. Ci-dessous le texte.

 

Les élus du Pays des Vals de Saintonge invitent la population du territoire

à venir participer à partir de 10 heures

à la journée de mobilisation en faveur de l’implantation

d’un centre pénitentiaire à Fontenet

A cette occasion une conférence de presse sera organisée, le samedi 12 mars 2011 à 11 heures, place de la mairie à Fontenet

Programme

A partir de 10 heures : visite du camp de Fontenet

A partir de 11 heures : conférence de presse

Paul-Henri Denieuil (maire de Saint-Jean-d’Angély) et Michel Villain (maire de Fontenet) épondront aux questions des journalistes.

Inauguration d’un mur érigé et tagué par les élus des communes du territoire. Discours des personnalités présentes

A partir de 13 heures : buffet campagnard gratuit

Fontenet le projet de l’espoir

 

fontenet PHDenieuil MVillain-bl2Paul-Henri Denieuil, maire de Saint-Jean-d’Angély, président du Pays des Vals de Saintonge, et

Michel Villain, maire de Fontenet : « Notre dossier est techniquement le meilleur. La construction d’un centre pénitentiaire à Fontenet serait un signal fort pour notre économie ».

Des prisons vétustes, d’un autre siècle… 64 000 détenus, 50 000 places…La France, nation des Lumières et terre des Droits de l’Homme, se doit de respecter la dignité des condamnés en leur accordant des conditions carcérales adaptées au monde d’aujourd’hui. Les deux ministres de la Justice, Rachida Dati et Michèle Alliot-Marie, qui ont précédé l’actuel garde des Sceaux, Michel Mercier, ont pris la sage décision de fermer les geôles les plus indignes et de les remplacer par des établissements à taille humaine. Aucun d’eux ne pourra accueillir – en cellule individuelle – plus de 700 détenus. L’heure est au choix des projets conçus par les différentes collectivités territoriales qui pensent pouvoir répondre aux attentes de la Justice.

Les unes veulent simplement conserver le privilège de posséder un tel établissement, arguant de la proximité d’un tribunal ou d’une cour d’assises. D’autres y voient l’occasion de redresser une situation économique parfois délicate en accueillant de nouveaux emplois, de nouvelles familles. Le projet de prison au camp de Fontenet entre dans cette dernière catégorie. Depuis vingt ans, le Pays des Vals de Saintonge supporte un déclin auquel tous les élus, quelle que soit leur tendance politique, veulent mettre fin. Il est établi que, pour chaque détenu, un emploi direct ou indirect se crée…

Aujourd’hui, le cabinet du ministre et les services de la Justice examinent les dossiers, pèsent les arguments. Dans quelques semaines, le garde des Sceaux, Michel Mercier, prendra ses décisions. Les élus entendent bien lui démontrer que leur dossier est le meilleur, le plus techniquement abouti, le plus acceptable financièrement. Ils veulent aussi lui faire savoir que, loin de renâcler comme on le voit ici et là, y compris en Charente-Maritime, la population, dans son ensemble, soutient ce projet.

C’est l’objectif de la manifestation du samedi 12 mars, à laquelle tous les habitants du Pays des Vals de Saintonge sont invités à participer.

Samedi, apportez votre pierre

au mur symbolique de soutien

Bien sûr, les élus, tous les élus, ceints de leurs écharpes, seront là, samedi, sur la place de la mairie de Fontenet. Bien sûr, les uns et les autres développeront dans leurs discours la même conviction que la construction d’un établissement pénitentiaire au camp de Fontenet serait, pour le Pays des Vals de Saintonge, le début d’une nouvelle ère, en tout cas la fin d’une période trop longue pendant laquelle, peu à peu, la région a perdu des entreprises, perdu des emplois, perdu des habitants.

Déjà, depuis deux ou trois ans, la tendance s’est inversée. La population augmente à nouveau et quelques chantiers dressent leurs grues, signe d’une reprise, encore hésitante. Chacun, aujourd’hui, l’a compris, il faut pour vraiment repartir que les Vals de Saintonge bénéficient de l’arrivée d’un projet structurant de grande ampleur. En cette période de sortie de crise, qui, mieux que l’État, est capable de l’apporter ? Ce message, les élus le portent depuis plus de deux ans, depuis que l’équipe de Paul-Henri Denieuil, rejointe au fil du temps par toutes les forces vives du Pays, a élaboré le premier dossier, arguant aussitôt des atouts certains de notre territoire. Unis, ils sont allés à Paris défendre leur projet auprès du ministère de la Justice. Unis, avec l’appui de Dominique Bussereau, président du Conseil Général, ancien ministre, et de Catherine Quéré, députée de la circonscription, ils le défendent face à d’autres, qui profitent déjà de bien d’autres

possibilités de développement économique. Aujourd’hui, proches du but, ils ont besoin, pour gagner, que la population exprime avec force et détermination son soutien.

Décideurs, présidents d’associations, simples habitants sont autant de voix qui doivent se faire entendre. Le rendez-vous est pris. Il sera à la fois original et spectaculaire. Samedi 12 mars, de 11 heures à 14 heures, sur un mur symbolique, les maires du Pays des Vals de Saintonge, entourés de leurs concitoyens, inscriront le nom de leur commune pour affirmer leur adhésion au projet de prison. Élus nationaux, régionaux et départementaux feront de même, avant de signer, avec la population, un Livre d’Or qui sera envoyé au garde des Sceaux.

Parallèlement, une exposition est prévue à la salle des fêtes de Fontenet, qui présentera l’histoire de l’ancien camp militaire et détaillera les atouts que possède notre dossier de candidature. Ceux qui le désirent pourront aussi visiter le camp, avant le grand buffet républicain qui clôturera l’événement.

 

Les 10 points forts de Fontenet

Même si, parmi les élus du Pays des Vals de Saintonge, chacun espère que cette dimension sera prise en compte par le ministre, l’aménagement du territoire ne saurait être le seul motif de décision en notre faveur. Il en existe au moins dix autres. Le dossier Fontenet correspond en tous points aux attentes du ministère de la Justice. Il est indéniablement le meilleur. On trouvera ci-dessous les souhaits des services du garde des Sceaux et les réponses apportées par les responsables de la candidature de Fontenet.

Un terrain de 20 à 30 hectares

Le camp de Fontenet (107 hectares) correspond parfaitement à cette exigence. Le terrain est plat, dégagé et déjà viabilisé : il a servi d’aérodrome avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale. Aucune modification du Plan Local d’Urbanisme ne sera nécessaire, le camp étant déjà classé pour recevoir des activités telles qu’un établissement pénitentiaire.

Un coût d’acquisition raisonnable

Le camp de Fontenet appartient au Conseil Général depuis plus de dix ans. Les terrains nécessaires à la prison seront vendus à l’État à des conditions avantageuses qui feront l’objet de discussions entre l’acquéreur et le Département. Un autre avantage important est que le projet de Fontenet n’exige pas, contrairement à d’autres, l’acquisition de terres agricoles. Terres que l’État cherche aujourd’hui à préserver, notamment auprès du littoral.

Des logements attractifs pour le personnel

Le marché immobilier local, qu’il s’agisse de vente ou de location, pratique des prix très raisonnables par rapport à ceux de la côte. Un pavillon T4 se loue entre 550 et 650 euros par mois et le prix de vente est de 1 000 à 1 500 euros le m2. L’offre - environ 600 logements aujourd’hui - est essentiellement pavillonnaire, complétée d’appartements F1 à F5 à Saint-Jean-d’Angély. De nombreuses communes des alentours disposent de terrains constructibles et envisagent des lotissements. Les plus jeunes fonctionnaires pourront être hébergés au Foyer de Jeunes Travailleurs (50 studios).

La proximité de lieux de commerce et d’animation

Saint-Jean d’Angély offre un centre-ville attractif, avec plus d’une centaine de magasins, et, en périphérie, plusieurs grandes surfaces généralistes et spécialisées. Aux beaux jours, les terrasses fleurissent dans le cœur de ville historique livré aux piétons et aux touristes. Quant aux loisirs, multiples, ils satisfont tous les goûts : musée, bibliothèque, soirées culturelles, cinéma, piscine, promenades sur les rives de la Boutonne et au plan d’eau de Bernouët… Le tout dans l’atmosphère calme d’une cité à taille humaine, qui compte plus de 200 associations !

La proximité de services publics

Sous-préfecture de la Charente-Maritime, Saint-Jean d’Angély accueille l’ensemble des services publics nécessaires à la population : services préfectoraux, annexe du Conseil Général, centre des impôts, services postaux, centre de secours, annexes des chambres consulaires, Mission Locale, Pôle Emploi, bureau de la CAF, centre intercommunal d’action sociale (CIAS)… Dans le domaine de l’enseignement secondaire, le Pays des Vals de Saintonge dispose de deux lycées (Bac +2), de huit collèges, dont un privé, et de deux Maisons Familiales Rurales. Les centres universitaires les plus proches sont Bordeaux, Poitiers et La Rochelle. La région compte aussi une trentaine d’organismes de formation par alternance.

La proximité d’un hôpital

Le centre hospitalier Saint-Louis, qui, au total, dispose de 653 lits, compte une importante unité « accueil urgences » et des services très compétents, notamment dans le domaine de la cardiologie, de la gastroentérologie, de la médecine d’adaptation et de la chirurgie polyvalente. Depuis 2010, il travaille en totale association avec celui de Saintes et dispose ainsi d’équipes médicales renforcées. L’établissement, qui gère également trois maisons de retraite, possède une maternité de 15 lits. Ses personnels sont aptes à assurer le suivi médical des détenus et pourront se déplacer rapidement à Fontenet, distant de moins de 10 km.

La présence de forces d’intervention

La compagnie de gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély, dont le territoire d’intervention recouvre le Pays des Vals de Saintonge, compte 79 officiers et sous-officiers, dont 24 affectés à la brigade de territoriale de Saint-Jean-d’Angély, 5 à la brigade de recherche, 14 au peloton de surveillance et d’intervention. Courant 2011, la compagnie s’installera dans une caserne flambant neuve. Un escadron mobile de gendarmerie est positionné à Poitiers, à une heure de Saint-Jean-d’Angély.

La proximité des autres services de la Justice

Saint-Jean d’Angély, sur la carte juridique, offre une position centrale. La ville est au centre d’un triangle La Rochelle-Saintes-Niort, sièges de tribunaux de Grande instance et de cours d’Assises. La ville compte plusieurs cabinets d’avocats, annexes de ceux de Saintes. La desserte routière de bonne qualité met Saintes et Niort à une demi-heure de Saint-Jean-d’Angély, La Rochelle à une heure. Il est probable que, dans l’avenir, grâce aux moyens modernes de communication, bon nombre des déplacements que nécessite le suivi des détenus, seront remplacés par des visioconférences…

L’existence de transports publics

Saint-Jean-d’Angély est desservie par la voie ferrée Niort-Saintes, dont la modernisation est programmée jusqu’à Royan. L’agglomération, qui bénéficie d’un échangeur de l’A10, est aussi desservie par le réseau d’autobus « Les Mouettes », qui sera adapté aux besoins spécifiques du centre pénitencier, notamment des familles de détenus.

Des possibilités d’éducation, de formation et de réinsertion

De nombreux organismes et associations sont prêts à participer à de telles offres : Pôle Emploi et la Mission Locale bien sûr, mais aussi le Greta, qui organise des formations pour adultes dans les lycées, la Maison de l’Entreprise et de l’Emploi, qui développe des partenariats avec des organismes spécialisés dans la réinsertion, Envol 17, qui propose l’acquisition des savoirs de base (lire, compter…), le Centre Insertion et Environnement de Bignay, la Fondation Robert, qui s’occupe notamment des jeunes en difficulté psychologique, Parcours 17, Aide et Soutien, Tremplin 17, L’Arche, la Croix-Rouge, le Secours Catholique, le CIAS… Par ailleurs, du travail en sous-traitance pourra être confié aux détenus par des entreprises locales. La participation efficace du patronat local à la remise au travail des détenus en fin de peine est également envisageable.

 

À ces dix points forts du dossier Fontenet, s’en ajoutent deux autres :

- La motivation sans faille des élus locaux autour de ce projet ;

- Leur union, toutes tendances politiques confondues, pour défendre la candidature de Fontenet, qui, de plus, bénéficie du soutien actif du Conseil Général.

Paroles d’élus

« Un projet indispensable à la revitalisation économique de notre territoire. »

 

Dominique BUSSEREAU

Président du Conseil général,

Ancien ministre

« Du point de vue de l’aménagement du territoire, le projet de Fontenet est le plus cohérent puisqu’il est équidistant de La Rochelle et de Saintes. De plus, le terrain appartient déjà au Conseil Général. La zone située autour de Saint-Jean-d’Angély a vraiment besoin d’être dynamisée, beaucoup plus que la Communauté d’agglomération de La Rochelle, déjà très active. Sans compter que le foncier est beaucoup plus abordable en Nord-Saintonge, ce qui permettrait aux familles du personnel de s’installer plus facilement. »

 

Catherine QUÉRÉ

Députée (Saintes / Saintes-Jean-d’Angély)

« Mon objectif premier est d’éviter que ce projet se réalise du côté de La Rochelle, mais en Saintonge où deux beaux dossiers principaux sont proposés (Saintes - Saint-Jeand’Angély / Fontenet), chacun permettant le maintien de la Cour d’assises départementale à Saintes et la création de nombreux emplois. J’espère que le gouvernement va enfin prendre sa décision et ce, en fonction de critères objectifs. »

 

Claude BELOT

Sénateur de la Charente-Maritime

Président du conseil général honoraire

« Je soutiens la candidature du camp de Fontenet. La pertinence de ce choix d’implantation du centre pénitentiaire départemental repose sur l’accessibilité du lieu, la disponibilité foncière immédiate, l’existence d’une capacité d’accueil des familles des salariés. Ce choix répond également au souci d’équilibre départemental en terme d’aménagement du territoire. Je souhaite de tout coeur pour Fontenet et la région de Saint-Jean-d’Angély qu’il soit retenu. »

 

Paul-Henri DENIEUIL

Maire de Saint-Jean d’Angély

Président du Pays des Vals de Saintonge

« Je me félicite que les élus de Saintonge, toutes tendances confondues, soutiennent le projet de prison au camp de Fontenet. Je me félicite aussi du soutien des avocats et des syndicats de surveillants de Saintes. Notre projet répond à toutes les conditions techniques exigées par l’administration pénitentiaire. Cette localisation offrira d’excellentes conditions d’accueil aux familles du personnel pénitencier et à celles des détenus. En termes d’aménagement du territoire, l’implantation d’un tel établissement en Saintonge permettra de créer des emplois dans une zone particulièrement touchée par la crise économique.

Voulons-nous laisser des territoires entiers se vider de leurs habitants, ne laissant sur place que ceux qui n’ont pas les moyens de rejoindre les privilégiés de la côte ? Elle serait belle notre France ! Je regrette que les grandes administrations de notre département ou le tourisme, qui reste la vocation naturelle du littoral, ne suffisent plus à satisfaire les appétits de ceux qui veulent toujours plus. »

 

Jean-Mary BOISNIER

Conseiller général du canton d’Aulnay

L’implantation du centre pénitentiaire sur le site de Fontenet constituerait un atout majeur et vital pour notre arrondissement. De plus, ce choix répond à deux éléments ; le premier s’inscrit dans un réaménagement du territoire au profit des zones défavorisées et le second permet la préservation des zones agricoles par la réutilisation d’une friche existante.

 

James ROUGER

Président de la CDC du Pays de Matha,

Suppléant de Catherine Quéré

« Le 17 février, la CDC du Pays de Matha a délibéré à l’unanimité pour soutenir le projet de centre pénitentiaire à Fontenet. Implantée là, la nouvelle prison permettrait de rééquilibrer notre territoire départemental. Nous sommes persuadés que le canton de Matha, comme les autres cantons du Pays, serait bénéficiaire de retombées économiques très significatives.»

 

Francis BOIZUMAULT

Président de la CDC du Pays Savinois

« Les conseillers communautaires du Pays Savinois, réunis le mardi 22 février, ont signé unanimement une motion à l’attention de M. le Préfet afin de lui faire part de leur soutien à l’implantation d’un centre pénitentiaire à Fontenet. Tous sont sensibles à l’enjeu socio-économique que représente un tel projet pour le territoire du Pays des Vals de Saintonge.

 

Maurice PERRIER

Président de la CDC de Loulay

« L’implantation d’un centre pénitentiaire à Fontenet est un projet structurant qui contribuerait à maintenir et développer les activités de nos territoires ruraux, permettant ainsi d’assurer la pérennité des services indispensables aux différents acteurs économiques, ainsi qu’à nos populations. »

 

Michel VILLAIN

Maire de Fontenet

« Pourquoi une prison à Fontenet ? La réponse peut être très simple : pour embellir notre village… Soyons sérieux ! C’est tout à fait logique que Saint-Jean-d’Angély/Fontenet se porte candidat pour obtenir cette prison sur notre territoire. Nous sommes les parents pauvres du département. La construction de cette prison apporterait un boom économique sur le pays, je pense et j’en suis certain, ayant déjà vécu l’expansion d’un village de 300 habitants en Savoie. Certes, une prison à Fontenet changera certaines de nos habitudes. La première chose à réaliser : la création de lotissements pour recevoir de nouveaux habitants. Ensuite, le conseil municipal réfléchira à ce qu’il faudra faire d’intéressant pour recevoir les gardiens de prison et les visiteurs des prisonniers. Souhaitons d’avoir cette prison sur notre territoire. Tous ensemble pour notre réussite ! »

 

Jean-Louis RÉMUZEAU

Maire de Varaize

«Limitrophe de Fontenet, Varaize sera en situation idéale pour accueillir des familles du personnel de la prison et leur offrir un cadre de vie agréable et pratique. Cette population nouvelle donnera du travail à nos artisans et renforcera notre projet de « Multiservices ».

Notre commune a déjà reçu plusieurs demande de terrain à bâtir pour du locatif. Nous devons fortement soutenir le projet de la prison à Fontenet. »

 

Jean-Jacques POUPARD

Maire des Églises-d’Argenteuil

« Le conseil municipal et moi-même mesurons l’importance du projet d’établissement pénitentiaire à Fontenet pour les communes aux alentours et leurs commerces. Ce projet est indispensable pour notre territoire et tous les élus ne s’y sont pas trompés. C’est un véritable consensus politique. Bravo ! »

 

Jean-Luc RENAUDET

Maire de Taillebourg

« Dans une région particulièrement sinistrée par la carence d’emplois, l’implantation d’un établissement pénitentiaire à Fontenet est une opportunité que notre pays ne peut laisser passer. Cette création donnerait le signe de départ de la revitalisation du tissu économique régional. La municipalité de Taillebourg soutient ce projet sans restriction. »

 

Monique ROY

Maire de Saint-Séverin-sur-Boutonne

« Notre commune soutient le projet d’établissement pénitentiaire à Fontenet. Il dynamisera notre arrondissement, permettra de maintenir les services existants, de créer des emplois, de développer l’économie locale ! »

 

Jean-Yves GROLLEAU

Maire de Migré

« J’apporte mon soutien indéfectible au projet de centre pénitentiaire à Fontenet. L’emplacement est idéal et le personnel peut être assuré d’y être accueilli avec leurs familles dans d’excellentes conditions. En outre, ce projet constituera la première pierre du réaménagement du Nord-Saintonge. »

 

Philippe HARMEGNIES

Maire de Courcelles

« Notre commune est impliquée et solidaire du projet de construction d’un établissement pénitentiaire à Fontenet, sa réalisation apparaissant comme un espoir de développement économique pour notre territoire trop souvent oublié. »

 

Jean-Michel FOUET

Maire de Bernay-Saint-Martin

« Cette structure fermée serait économiquement, pour notre territoire, une très bonne ouverture. »

 

Guy CLEMENCEAU

Maire de Bazauges

« En tant que maire de l’arrondissement, je suis très favorable à l’implantation de la prison à Fontenet. Cela pourrait dynamiser notre secteur de Saint-Jean d’Angély. »

 

Pierre GEOFFROY

Maire de La Benâte

« Le réveil économique de l’arrondissement de Saint-Jean est lent. L’implantation du centre pénitentiaire à Fontenet est judicieux géographiquement et va créer une dynamique économique. La Benâte soutient ce projet d’implantation. »

 

Claude GENEAU

Maire de Saint-Pierre-de-Juillers

La commune de Saint-Pierre-de-Juillers, proche de Fontenet, se manifeste très favorablement en faveur du projet de centre pénitentiaire. Notre situation géographique « d’arrière pays » par rapport à la région côtière souffre du manque d’activité. Les emplois se font de plus en plus rares, les retombées économiques également. Il y a urgence afin d’éviter une plus grande désertification !

 

Guy MADÉ

Maire d’Asnières-la-Giraud

Je soutiens sans réserve l’implantation d’un établissement pénitentiaire à Fontenet. Le terrain étant libre, le projet ne nuit pas du tout à l’activité agricole. Ce serait une erreur économique fondamentale de priver le secteur de Saint-Jean-d’Angély de cet aménagement. L’implanter près du littoral (déjà très favorisé) reviendrait à laisser mourir l’arrière-pays.

 

Pierre BOULOC

Maire de La Vergne

La Vergne appuie fortement ce projet en raison de son intérêt pour les personnels pénitentiaires (qualité et coût de la vie), pour l’arrondissement de Saint-Jean-d’Angély (acte fort d’aménagement du territoire) et pour les détenus et leurs familles( conditions de vie décentes).

 

Frédéric EMARD

Maire de Saint-Julien de l’Escap

Puisse enfin, les Vals de Saintonge s’envoler vers les sommets

 

Un établissement pénitentiaire à

Saint-Jean-d'Angély - Fontenet

Le défi

Le ministère de la Justice annonce la construction de 5000 nouvelles places de prison

Saint-Jean-d’Angély et Fontenet soutenus par tous les élus du Pays des Vals de Saintonge posent la candidature de Fontenet

 

Avec la population, les élus du Pays, toutes tendances confondues, affirment leur cohésion et leur volonté en faveur de Fontenet

Tous les habitants du Pays soutiennent l’initiative de leurs élus le 12 mars 2011 marquant leur détermination par la construction d’un mur symbolique sur le site de Fontenet

 

Les objectifs du Ministère de la Justice

Que demande le Ministère de la Justice ?

D'ici 2015 : 5000 places de détention supplémentaires pour lutter contre la sous-capacité carcérale

Fermer les vieilles prisons

Construire de nouveaux établissements de 700 détenus maximum

 

Les conditions de réalisation d’un centre pénitentiaire

Un terrain dégagé et viabilisé d'environ 15 à 30 hectares

Un coût d'acquisition attractif

De bonnes conditions d'accueil pour le personnel pénitentiaire

La proximité d'un hôpital et des forces d'intervention

Une accessibilité et des transports publics pour l'accompagnement

Un bassin de population offrant aux détenus des possibilités d'éducation scolaire et de formation puis de réinsertion

 

La carte judiciaire du territoire

 

Comment répondons-nous ?

Les atouts du Pays des Vals de Saintonge

Atout n°1 : Notre position centrale

Un bassin de population de 3,5 millions d'habitants

Proximité des grandes villes de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres (La Rochelle, Rochefort, Saintes, Niort)

Desservie par l'autoroute A10 :

420 km de Paris

110 km de Poitiers

143 km de Bordeaux

Reliée aux Deux-Sèvres et à la Vendée via Niort (A10 + A83)

Desservie par le réseau SNCF

 

atouts1 position centraleUne position centrale

 

Atout n° 2 : Des disponibilités foncières attractives

107 hectares aux portes de la ville appartenant au Conseil Général de la Charente-Maritime

 

atouts2 disponibilités foncières localisationLa localisation de Fontenet

 

atouts2 disponibilités foncières le campLe camp de Fontenet

 

Atout n° 3 : Nos capacités d’accueil du personnel

600 logements disponibles à des coûts très abordables

Des infrastructures scolaires de la maternelle au Bac + 2

Des commerces de proximité

Une excellente couverture médicale et paramédicale

L’accès à plusieurs bassins d’emploi pour les conjoints

Une qualité de vie remarquable

 

Atout n° 4 : Nos services de proximité

Gendarmerie

Hôpital

Maternité

Centre de secours renforcé

 

Atout n° 5 : Notre dispositif social pour la réinsertion des détenus

Pour la réinsertion des détenus

Un corps enseignant et des organismes de formation

Une infrastructure d’aide aux personnes en difficulté sociale

 

Atout n° 6 : Notre volonté politique

Notre volonté de mettre en œuvre les infrastructures

• Viabiliser les terrains

• Organiser les transports

• Accueillir le personnel  pénitentiaire et les familles des détenus

Tous mobilisés pour un projet participant au développement économique du territoire

 

A suivre : l'histoire du camp de Fontenet

Partager cet article
Repost0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 07:01

Mardi 8 mars 2011 – Billet 147 » Photos Bernard Maingot

Voir le précédent article

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY - FONTENET

Mobilisation pour Fontenet

"Nous voulons la prison"

PRISON DÉPARTEMENTALE  Paul-Henri Denieuil, maire de Saint-Jean-d’Angély, président du Pays des Vals de Saintonge, et Michel Villain, maire de Fontenet, organisent une manifestation en faveur du projet d’établissement pénitentiaire à Fontenet, samedi 12 mars à partir de 11 h, à la mairie de Fontenet. L’appel est lancé aux maires et à leurs adjoints, ceints de leur écharpe, à venir nombreux.

» Bernard Maingot  

20110307 PRISON affich mairie 8634-bl2La façade de l’hôtel de Ville est pavoisée de l’appel à soutenir le projet de prison à Fontenet. PHOTO BERNARD MAINGOT

Dans un communiqué, Paul-Henri Denieuil fait part de la cohésion des élus du Pays pour une prison départementale à Fontenet et de leur volonté de le voir aboutir, parce qu’il a « le soutien de tous et qu’il est techniquement le meilleur ».

Les élus procéderont samedi à la construction d'un mur symbolique dont chaque pierre portera le nom d'une commune de l'arrondissement. Députée, sénateurs, présidents de CdC, élus régionaux et départementaux signeront également l’édifice, installé sur une pelouse proche de la mairie de Fontenet. 

Dans la salle des fêtes de Fontenet se tiendra une exposition sur l'ancien camp de l'Otan, la présentation du projet. Une visite du site est également prévue. Enfin, un grand buffet clôturera « cet événement convivial, original et porteur d'avenir ».

L’association des commerçants C2A relaient l’information pour que cet appel rassemble le plus de monde possible.  

20110307 PRISON affich pole scaje 8624-bl2Le pôle Scaje est également pavoisé.  20110307 PRISON affich mairie 8627-bl2

Vous aimerez peut-être aussi :

19.06.2010 Prison en Charente-Maritime : ce sera Fontenet

27.07.2010 « Les maisons d’arrêt sont d’un autre siècle »

18.11.2010 Prison départementale : Fontenet, un dossier béton

10.02.2011 Prison : la candidature saintaise est fin prête

21.02.2011 Les élus demandent la prison à Fontenet

26.02.2011 Pourquoi pas deux prisons ?

26.02.2011 Un centre « au cœur de la saintonge »

27.02.2011 Ile de Ré : ils votent pour Dompierre et bloquent le pont

28.02.2011 Ils ont marché pour Dompierre-sur-Mer  20110307 PRISON affich mairie 8628-bl2

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages