Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 17:18

SAINTE-MÊME

Marche nocturne

Samedi 2 juillet : 6ème marche nocturne avec repas par étapes organisée par le Comité des Fêtes. Deux circuits de 9 et 12 km.

Départ de la salle des fêtes entre 19 h et 21 heures.

Prix : 9 euros (enfant : 4 euros). Inscriptions et renseignements : 05 46 58 22 76.

Chèque à adresser à l'ordre du Comité des Fêtes chez Philippe Gourraud 110 avenue de Jarnac 17770 Sainte-Même.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 11:22

SAINT-PORCHAIRE

Onze kilomètres à pied

ça use... les souliers

L'Acca de Saint-Porchaire organise une randonnée pédestre semi-nocture avec repas par étapes, samedi 23 juillet.

randonneeACCA.jpgPartant de Font-Querré (départ libre de 18 h 30, à 20 h), les participants pourront profiter d'un parcours unique de 11 km empruntant essentiellement sous-bois et chemins sur les communes de Saint-Porchaire – Les Essards.  

Gilets réfléchissants et lampes obligatoires.

Nombre de places limité.

Tarifs : 10 € adultes et 5 € enfants.

Inscription et paiement obligatoire (au plus tard le 19 juillet) à l'ordre de Acca Saint-Porchaire.

Envoyer nom, prénom, adresse, téléphone, adresse e-mail, nombre de personnes et paiement à :


Pascal Guérin, 6 rue du Champ de la croix, 17250 Saint-Porchaire 05 46 94 84 89

Sylvain Peyrot, 9 rue Pasteur, 17250 Saint-Porchaire 05 46 92 37 73

Renseignements : randonneeacca@gmail.com

http://maps.google.fr/maps?q=rue%20de%20la%20source%20saint%20porchaire

Partager cet article
Repost0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 16:59

Billet du 21 mars 2011

HISTOIRE

Sur les traces des avions allemands

tombés dans le centre de la France

RECHERCHES DE TÉMOIGNAGES J’ai reçu le message d’un lecteur – Philippe Morini - que je retranscris ici, dans l’espoir que le blog fasse avancer ses recherches. En effet, il recense les avions allemands de la seconde guerre mondiale tombés dans le centre de la France.

En illustration, l’article de Philippe Morini sur un avion basé à Fontenet (un quadrimoteur Fock Wulf 200 C4), qui s’est écrasé dans l’Allier le 9 juillet 1944. Lire l’article ICI.

Il y a aussi des anecdotes, telles que "Une bonbonne d’oxygène transformée en  bouillotte" et un autre article sur les traces d'un Messerschmitt 109 à Plassay

Il poursuit actuellement des recherches sur un Junkers 52 qui s’est écrasé à Saint-Loup en juillet ou août 1944 et a besoin de renseignements supplémentaires.

Bref, vous l’avez compris, si on pouvait aider ce passionné à étendre et à compléter ses recherches, ce serait bien. Je sais qu’il y en a parmi vous.

» Bernard Maingot  

fw200-007Le Fock Wulf 200 C4. Crédit photo http://crashavionallemand39-45.over-blog.com

Bonjour,

Permettez-moi en quelques mots de vous exposer l’objet de mon contact.

Je recense les avions allemands de la seconde guerre mondiale tombés en région Centre, Limousin et Auvergne entre autres.

Afin d’identifier un appareil et de reconstituer son histoire, je mène des investigations dans les archives, sur le terrain, recueillant des témoignages. En conclusion de ce travail de recherche, je mets en ligne sur http://crashavionallemand39-45.over-blog.com  au service des passionnés comme des néophytes.

J’essaie de mêler le plus habilement possible, avec mes propres mots, mes sentiments, mes ressentis la réalité des faits et ce que nous ne pourrons peut être jamais savoir, en l’occurrence tout ce qui ne figure pas dans des documents. J’ajoute également une part de rêve en divulguant quelques trouvailles sur le terrain, qui après presque sept décennies en terre nous parlent encore et nous apportent matière à réflexion

Mes recherches m'ont amené à découvrir des reliques aéronautiques d'un JUNKERS 52 trimoteur allemand sur la commune de Saint-Loup. Ces reliques vont aller restaurer un avion du même type.

Je suis à la recherche de photos de ce crash (entre le 1 et 5 juillet 1944 ) ou (28 août 1944), mes témoignages divergeant sur la date, ainsi que des témoignages et toutes autres informations susceptibles de faire avancer l'histoire.

Je m'appelle Philippe MORINI au 06 45 24 48 40 ou au 04 70 05 58 62 ou moriniphilippe1963@gmail.com ou sur mon blog.

Vous remerciant par avance, recevez mes cordiales salutations

Philippe

 

Lire l’article du 2 mars 2010 sur le Blog  

Partager cet article
Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 07:03

SAINT-HILAIRE-DE-VILLEFRANCHE

Bourse de printemps

des Bisounours

Les Bisounours organisent une bourse de printemps, dimanche 20 mars, de 9 h à 18 h, à la salle polyvalente de Saint-Hilaire-de-villefranche : jeux, jouets, livres, vêtements et objets de puériculture.

Renseignements au 05 46 58 25 82 - 05 46 95 35 17  20110320 BISOUNOURS St-Hilaire Bourse 0311 (

Partager cet article
Repost0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 13:00

» Dans cent ans qu'aimeriez-vous que l'on dise de vous ? - J'aimerais que l'on dise : "il se porte bien pour son âge !". [Woody Allen]

» Il vaut mieux avoir l’âge de ses artères que l’âge de César Franck. [Jean Gouyé, dit Jean Yanne]

» Les gens peuvent choisir n'importe quelle couleur pour la Ford T, du moment que c'est noir. [Henry Ford]

Lundi 31 janvier 2011 – Billet 53 » Texte et Photo Bernard Maingot

LANDES (CANTON DE SAINT-JEAN-D’ANGÉLY)

Elle est née avant la Ford T

mais à 103 ans, Suzanne a bon pied bon oeil  

20110131_suzanne_pajot_7844-bl2.jpgSuzanne Pajot a fêté ses 103 ans au centre hospitalier de Saint-Jean-d’Angély. PHOTO BERNARD MAINGOT

Elle ne savait pas encore que Simone-de-Beauvoir ou Jean-Delannoy avaient déjà quelques jours de plus qu’elle en ce monde. Ou encore que cette année-là verrait naître Edgar-Faure, James-Stewart, Ian-Fleming et Salvador-Allende. C’était en 1908, à Mazeray, là où est née Suzanne Picot, un mercredi 29 janvier. Le froid régnait alors partout en France et d’abondantes chutes de neige allaient bientôt se produire en Algérie et au Maroc du 1er au 6 février. Mais, en 1908, le souci de Suzanne Picot devait être d'avoir chaud en doramant et de prendre la tétée à son heure, et non pas la sortie prochaine de la célèbre Ford T ou le rachat du Congo par l’État belge…

Et comme on n’a pas tous les jours vingt ans, elle se marie à 20 a ns, en 1928, le 3 septembre,  avec Rémi Pajot, cultivateur à Villeneuve-de-Mazeray. De cette union naissent deux filles, Yvette en 1930 et Marguerite en 1932. Et Suzanne travaillera toute sa vie à la terre.

En 1939, son mari est mobilisé. Parti "à la guerre", il est fait prisonnier et restera cinq ans en Allemagne. Suzanne élève seule ses deux filles. Elle perdra son mari le 15 novembre 1977. Elle vit alors en alternance chez ses deux filles jusqu’en 1996, où elle décide de rester chez Yvette, à Landes.

Suzanne Pajot a une descendance qui la rajeunit quelque peu : quatre petits-enfants, dix arrière-petits-enfants et douze arrière-arrière-petits-enfants!

Hospitalisée récemment à La Rochelle, puis en convalescence postopératoire à Saint-Jean-d’Angély, Suzanne y a fêté son 103e anniversaire samedi dernier. Sa famille est venue la voir, mais Suzanne n’avait le lendemain qu’une pensée en tête : « Après le plaisir de toutes ces visites qui m’ont "un peu marquée", j’aimerais bien maintenant rentrer à Landes ».

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages