Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 19:00

VALS DE SAINTONGE ET CANTONS PROCHES

Elles gardent le cap

sur leurs projets

AGRICULTURE - Soutenues par la Mutualité Sociale Agricole, neuf agricultrices en activité en Vals de Saintonge et cantons proches, ont créé "Cap Projets, Agricultrices d’aujourd’hui", une association pour valoriser la place et le métier des actives agricoles.   

20110513_Cap_Projets_agricultrices.jpgLes adhérentes de « Cap Projets, agricultrices d’aujourd’hui » se sont retrouvées à Varaize le 13 mai 2011. PHOTO BERNARD MAINGOT

Femmes agricultrices, conjointes, conjointes-collaboratrices, salariées ou associées, elles ont créé leur association en mars 2009, un groupe où elles peuvent réfléchir et se former, un endroit où elles parlent de leur vie, de leurs condition, de ce qui concerne la vie de tous les jours.

Chacune a essayé de définir un projet et des objectifs pour leur développement professionnel, leur épanouissement personnel et la valorisation de leur métier. Pour ce faire, un comité de pilotage de huit agricultrices motivées et passionnées se retrouve régulièrement. Et définit un programme d’activité, tant sur la formation professionnelle que sur la dynamisation du groupe ou bien encore sur la communication ou l’environnement.

Conduire un tracteur

Hier vendredi, elles étaient une trentaine à se rencontrer, échanger et apporter des témoignages,  dans la salle des fêtes de Varaize. Un film documentaire de 105 minutes, « A ma place », réalisé par Cécile, Fabienne, Isabelle, Francine et Gaëtane, cinq agricultrices du CIVAM (Centre d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural) du Haut Bocage (Deux-Sèvres) a raconté différentes conditions et expériences, racontant leur quotidien et témoignant de la place de la femme dans le monde agricole. « J’ai suivi une formation de conduite de tracteur en sécurité », explique Isabelle Berson, viticultrice-céréalière à Sonnac. « Cet apprentissage m’a donné la confiance nécessaire pour faire des travaux que je n’osais pas faire auparavant et à m’affirmer professionnellement en prenant part aux décisions. La femme peut trouver sa place et revoir sa condition dans un métier qui ne lui était pas spécialement réservé autrefois ».  

Un blog

Elles ont suivi la formation « dire son projet » sur l’exploitation, qui a duré un an, une réflexion pour définir leurs envies et leurs besoins. D’autres encore ont suivi des formations phytosanitaires, visité d’autres exploitations, se sont formées sur la communication, sur la négociation… Le 31 mars 2009, elles ont même créé un blog http://capprojets17.over-blog.com, une porte qui s’ouvre sur leurs activités, leurs coups de cœur, et qui les rassemble dans une dynamique et la force d’un groupe. « Ces réunions comme celle d’aujourd’hui nous rebooste et nous donne de la force ».

Deux conseillères MSA

Edgar Cloerec, directeur de la MSA Charentes, en compagnie de Sylvain Lapetitte, directeur de la MSA Saintonge, déclare : « La MSA a vocation à améliorer la condition sociale de ses ressortissants et assurés. Une exploitation fonctionne souvent en duo, où l’activité de la femme est importante. Cap Projets rassemble des femmes qui exercent leur métier sous différentes formes et qui ont en commun l’amour du métier d’agricultrice pour améliorer leur condition. La place de la femme dans l’agriculture a pu poser de nombreuses questions dans le passé. Le monde agricole est un tissu important pour notre pays de de Saintonge. Promouvoir le métier d’agricultrice et améliorer la condition d’exercice de leur fonction en fédérant les agricultrices a été une initiative que nous soutenons. Nous apportons des moyens pour les formations, la santé, la promotion, porter les projets et nous avons deux conseillères pour accompagner le groupe. L’image d’aujourd’hui rayonne sur un territoire de plus en plus large. L’initiative est intéressante et le projet a vocation à se poursuivre et à s’amplifier sur la Charente-Maritime »

20110513 Jaquette a ma placeContact   

Isabelle Berson, agricultrice à Sonnac, Cap Projets, au 05 46 58 62 95 ou 06 73 49 88 91

MSA 4 Rue Rose 17400 Saint-Jean-d’Angély. Conseillères en développement agricole et rural : Marie-Madeleine Léonard et Karine Roumiguière au 05 46 33 99 68 ou 05 46 97 53 45

 

Un peu d’histoire

Dans les années 1950, on est "paysan".

En 1966, on assiste à la création des GFCDA (Groupement féminin cantonal de développement agricole),

1970-1980 voit des formations professionnelles se mettre en place, avec l’institution du Fonds de formation des exploitants agricoles (Fafea). En 1973, la Loi d’orientation agricole de 1981 instaure le statut de conjointe. Les femmes créent de nouvelles dynamiques, elles s’affirment sur l’exploitation et les GFCDA contribuent à la promotion des femmes en agriculture 

1980-1990 voit des actions pour l’amélioration des conditions de vie : l’amélioration du revenu agricole, l’agriculteur face à ses documents, l’initiation à l’informatique, la contribution à la promotion des produits fermiers du terroir, stages expression écrite et oral

1990-2000 connaît la réforme de la Pac (Politique agricole commune) qui amène des changements au sein des exploitations et du monde agricole. Les GFCDA mettent en place des projets d’actions pour s’adapter à ces changements : développement économique et technique de l’exploitation agricole, avec des formations sur la gestion de l’exploitation, les nouvelles technologies, l’évolution des modes de productions agricoles, le tourisme rural ; développement personnel avec des stages sur la connaissance de soi, l’affirmation de ses projets personnels et professionnels, la gestion de son temps à  l’organisation de son travail ; amélioration de la vie familiale par l’apprentissage de nouvelles techniques avec des ateliers décoration, art culinaire, couture et travaux manuels, informations concernant la santé ; amélioration du cadre de vie avec l’action environnement, sujet important (paysages, patrimoine, intégration paysagère des exploitations, aménagement des jardins…).  

Le milieu rural évolue tandis que le nombre d’agriculteurs diminue et que les citadins s’installent à la campagne. Comment s’adapter ? Les GFCDA s’interrogent et décident de s’ouvrir aux femmes du milieu rural.

En 1999, les GFCDA deviennent des Gedar (Groupe d’étude et de développement agricole et rural), des initiatives de femmes, avec une modification des statuts et création d’un logo. Les Gedar rassemblent les agricultrices et les femmes du milieu rural pour vaincre l’isolement, affirmer leur identité de femme et d’agricultrice pour être reconnue socialement et professionnellement, participer au développement local et mettre en œuvre la réalisation de programme de développement agricole et rural.

Les adhérentes des Gedar ont su atteindre les objectifs qu’elles se sont donnés, au fil des années, en anticipant, en s’adaptant à l’évolution du territoire et de la société, pour s’affirmer et s’épanouir dans leur vie personnelle et professionnelle, prendre en compte l’évolution de leur environnement, aller vers les autres, travailler en partenariat et s’investir dans des projets d’envergure.

Aujourd’hui, le Gedar mène une réflexion pour redéfinir ses objectifs et son projet.

Mais les Gedar comptent beaucoup de retraitées agricoles et rurales et peu d’agricultrices en activité, lesquelles ne s’y retrouvent plus vraiment. Elles ont besoin de se retrouver entre femmes actives pour développer leur identité professionnelle. Ce qui pourrait bien expliquer la création de « Cap Projets, agricultrices d’aujourd’hui » (mais ceci n'est qu'une interprétation personnelle...).

Partager cet article
Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 11:25

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Enquête-exposition
des énigmes à résoudre
MUSÉE - Le musée de Saint-Jean-d’Angély inaugurera sa nouvelle exposition « Roman d’investigation : témoins sculptés » à l’occasion de la Nuit européenne des musées, samedi 14 mai 2011  

20110512 musée-expo roman enigmes 0668L'art roman démontable : Emmanuelle Grunvald, concervatrice du musée, montre comment les enfants pourront assembler des "sculptures" en mousse munies de scratch pour reconstituer un arc en plein cintre. PHOTO BERNARD MAINGOT

Samedi à 11 h, le maire inaugurera la nouvelle exposition consacrée à la sculpture romane, ouverte au public depuis mercredi. Cette exposition est née d’un travail d’étude des sculptures collectées au fil du temps sur la commune et le territoire saintongeais. Le parcours de l’exposition et les animations programmées s’articulent autour d’une forme d’enquête historique sur le passé angérien que le public est invité à découvrir. Pour rendre cette exposition encore plus ludique et mystérieuse, des visites guidées sous forme d’ « enquête policière », seront proposées aux familles. Saurez-vous résoudre l’énigme ?

A la recherche du passé médiéval

Au XIIe siècle, à l’apogée de l’art roman, Saint-Jean-d’Angély a joué un rôle très important en Saintonge, essentiellement grâce à son abbaye. Mais pourquoi reste-t-il si peu de vestiges de cette époque glorieuse où la ville rayonnait sur un vaste territoire et au-delà ? D’où proviennent ces sculptures qui ont traversé les siècles ? Et peut-on se risquer à reconstituer le Saint-Jean de l’âge roman ? C’est pour tenter de résoudre cette énigme que le musée de Saint-Jean-d’Angély propose, du 11 mai au 4 septembre une exposition présentée sous forme d’énigme policière et intitulée : « Roman d’investigations : témoins sculptés ».

Les pièces à conviction de cette enquête historique passionnante sur le patrimoine angérien sont des sculptures médiévales inédites provenant du lapidaire et restaurées pour l’occasion. Et pour mener l’enquête, l’équipe du musée a fait appel à des fins limiers, spécialistes de l’histoire et de l’histoire de l’art de cette période.

Un parcours, deux espaces

Plus concrètement, le parcours de l’exposition s’articule autour de deux espaces : la cour et une salle vitrée du musée. La présentation extérieure reconstitue le contexte architectural des pièces présentées et invente une monumentalité disparue. Le parcours intérieur décrit l’énigme historique et formule des hypothèses en se référant aux sculptures-témoins présentées. Il ouvre aussi sur un panorama de la richesse du patrimoine roman du territoire environnant, grâce à des dispositifs multimédia conçus par le Pays des Vals de Saintonge, et à partir des données de l’Inventaire du patrimoine bâti rassemblées par le service Patrimoine du Pays.

Enquête au musée

Le discours conçu sous la forme d’une enquête devrait séduire un public large, des jeunes enfants aux visiteurs avertis. Des animations, et notamment une visite en famille « Enquête au musée » sont programmées pour découvrir l’exposition et tenter de percer le mystère.

Autre originalité de cette exposition : un dispositif tactile est installé sur le parcours pour présenter la technique de la taille de pierre. Destiné prioritairement au public déficient visuel, il permettra à tous d’éveiller un sens qui habituellement est proscrit dans les musées : le toucher.

Enfin précisons que cette exposition a lieu dans le cadre d’un projet commun aux musées de Poitou-Charentes sur le thème de « l’Âge roman ». L’étude scénographique et le travail de mise en valeur des collections ont été confiés à trois élèves de l’École d’arts appliqués de Poitiers, sous la direction de leur enseignant.

Et puis samedi, commencera la Nuit européenne des musées. A 18 h, Une démonstration de sculpture sur pierre sera effectuée par Sylvain Raud. Installé à Lozay, il a notamment œuvré à l’abbaye de Cluny, à la cathédrale de Lyon ou encore au château de Dampierre-sur-Boutonne. Les visiteurs pourront assister à une démonstration technique et artistique exceptionnelle en suivant les étapes de création d’une pièce sculptée pour l’occasion, avant d’aller visiter gratuitement les collections permanentes du musée

Partager cet article
Repost0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 07:00

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY 

Un pavé dans le cassoulet !
THÉÂTRE - L'atelier adultes de la Comédie de l’Eperon présentera à Saint-Jean-d’Angély sa dernière création : « Un Pavé dans le Cassoulet », une farce industrielle,  écrite et mise en scène par Jean-Louis Bordessoules.  Vendredi 13, samedi 14 et vendredi 20 mai  

un pavé dans le cassoulet repetition eperonDernières répétitions pour la Comédie de l'Éperon ! PHOTO DR

Inspiré par ce qui est trop souvent une triste réalité, le licenciement pour raisons économiques, l’auteur a mijoté une comédie enlevée, vigoureuse, assaisonnée de plaisanteries cocasses, et servie bien chaude par des acteurs en pleine forme. Malgré le tragique et l’actualité de la situation le rire sera donc au rendez-vous.

La troupe est composée de : Jean-Noël Biteau, Jean-Pierre Bonnin, Simon Brethenoux, Émilie Catrix, Marie-Martine Dinh, Denise Mériglier, Gilles Portères, Françoise Robyns, Thaïs Ruellan et Karine Turbez.

Les régies lumière et son seront assurées par Etienne Nouraud.

Représentations

Saint-Jean-d'Angély : vendredi 13, samedi 14, vendredi 20 mai à 20 h 30, amphithéâtre de la Fondation Robert (11, rue du Professeur Georges-Texier).

Loulay : samedi 25 juin à 20 h 30, salle du Foyer Rural.

Entrée 5 € au-dessus de 12 ans. Renseignements : 05 46 25 06 48.

 

Lire l'article Sud Ouest du 3 mai L'itinéraire sinueux d'un Angérien passionné 

jean-louis bordessoulesJean-Louis Bordessoules : « Un pavé dans le cassoulet » serait une pièce de théâtre de boulevard engagée... si cette catégorie existait ! » PHOTO DR

 20110513 THEATRE un pavé dans le cassoulet

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 15:55

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY - LYCEE LOUIS-AUDOUIN-DUBREUIL 

Le point d’orgue des projets culturels
CULTURE – Le lycée Louis Audouin-Dubreuil présente la première édition de sa « Semaine culturelle », intitulée « Les chemins de la mémoire ».  

20110511 LYCEE A-D 5181 semaine culturelleLes élèves Ruth Browne et Lorry Renaud préparent l'exposition photo "le lycée détourné". PHOTO DR

Du 12 au 20 mai, les jours seront bien remplis d’une culture tous azimuts au lycée Louis-Audoin-Dubreuil, résultat des travaux effectués dans le cadre du Projet d’établissement qui privilégie une ouverture culturelle.

Claude Baudemont, proviseur, explique : « Il faut profiter du parcours au lycée pour inculquer à tous les élèves une culture qui reste parfois inaccessible à certains. La semaine culturelle, c’est donc l’aboutissement de tous les projets culturels de l’année, un moment fort et un point d’orgue qui s’étalera sur deux semaines. Notre objectif est d’abord de valoriser le travail des élèves en équipe, de montrer leurs productions, d’ouvrir le lycée aux parents et à nos partenaires. Il y aura donc des vernissages, des expositions, des spectacles, des soirées musicales, des projections de films, des remises de prix… ».

Des animations chaque jour

Dès ce jeudi 12 mai, de 13 h 30 à 14 h 30, les élèves de secondes et premières inscrits aux animations participeront à des expositions diverses, scène ouverte musicale, spectacle de hip-hop et même à « L’adoléchiant », un one-man show du comédien Simon Brethenoux. Les cours étant maintenus pour les élèves non-inscrits, on peut gager du succès des animations qui sont ouvertes au public des autres classes.

Le lendemain, se tiendra le forum EEDD (éducation à l’environnement et au développement durable), sur le thème « Pour préserver notre environnement, changeons nos comportements »

Lundi 16 mai, les élèves verront deux films au cinéma Eden, dans le cadre du Festival lycéen du film européen. Le premier film, « Yo tambien » sera projeté de 13 h à 15 h 30 pour tous les élèves. Pour le deuxième film, les élèves seront répartis entre « Nowhere boy » (classes de 1ères de 10 h à 12 h 30) et « Chatroom », le soir de 20 h 30 à 22 h 30, où la séance sera ouverte à tout public. Ce sera aussi l’ouverture officielle de la semaine culturelle, un moment fort avec la remise du Prix « Mieux comprendre l’Europe », en présence du Centre de culture européenne et des auteurs de l’ouvrage « Les institutions européennes après le traité de Lisbonne ».

Mardi 17 mai, outre une animation Printemps des Poètes, une animation spatiale, un petit déjeuner littéraire, une scène ouverte musicale, une initiation au hip-hop avec Julien Marcoux, la rencontre avec Mme Pineau-Valencienne, écrivaine, un goûter littéraire avec la librairie saintaise De la lettre @ la Bulle et une animation « Mieux qu’à la télé » sur le thème de l’Europe, se tiendra le vernissage de l’exposition des 1ères bac pro Accueil relations clients usager.

Mercredi 18 mai verra l’intervention de Mme Gomez, conteuse professionnelle et un atelier d’initiation au yoga avec l’association Hata Yoga.

Jeudi 19 mai sera aussi très fourni, entre une émission de radio en direct (en partenariat avec Gérard Collavecchio, animateur webradio au Clemi (le Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information est une ressource pour développer des activités d’éducation aux médias dans les classes), une initiation par Didgeridouest - au Foyer des jeunes travailleurs – au didgeridoo (instrument de musique à vent en bois issu des aborigènes d’Australie) et des Matchs d’improvisations par l’atelier théâtre de la Maison du lycéen et la Compagnie des 3C de Surgères, avec Agnès Brion.

Vendredi 20 mai sera la fin de la semaine culturelle. La journée verra la remise du prix Saintonjeunes au cours d’une rencontre avec Mme Hausfater, écrivaine, la remise du Prix du concours de la critique du Festival lycéen de film européen et sera clôturée avec la projection au cinéma Eden de « Saveur d’Afrique », un film proposé par le club Solidarité Togo, de 19 h à 23  h. Une soirée où le public pourra participer en téléphonant au 05 46 32 29 28

Bernard Maingot

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 08:00
Billet du 12 mai 2011

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

« Le présent du passé au carré »
DISTINCTIONS Le professeur Yves Coppens recevra le Prix Agrippa-d’Aubigné, décerné par le Lions club, vendredi 13 mai à 18 h, dans le salon d’honneur de l’Hôtel de ville de Saint-Jean-d’Angély  

yves coppens 2A lire dans Sud Ouest

11 mai 2011 06h00 | Par Jean Michel Marquebielle

Saint-Jean-d'Angély

Yves Coppens recevra son prix vendredi

Professeur honoraire au Collège de France, Yves Coppens, paléoanthropologue ne manque pas de récompenses ni de distinctions honorifiques. Qu'on en juge par cette brève énumération, non exhaustive: il est membre de l'Académie des Sciences, de l'Académie nationale de Médecine, de…

Lire la suite

Yves Coppens sur Wikipedia

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 07:00
SAINT-JEAN-D’ANGÉLY
L’invitée surprise

SALON DE L’AUTO ET DU LOISIR – Une invitée surprise sera présentée par Bernard Faure : la Benjamin 1922  

20110513 SALON auto benjamin 1922 001La Benjamin 1922. PHOTO DR

Bernard Faure est réputé pour sa magnifique collection de voitures à pédales. Mais il est aussi un passionné de véhicules anciens. Présent au Salon de l’auto et du loisir organisé par le Rotary-Club, vendredi 13 et samedi 14 mai, sur la place de l’Hôtel de ville, il ajoutera à ses voiturettes une étonnante « Benjamin », prêté par un ami de Saintes.

Créée en 1922 par Maurice Jeanson à Asnières-sur-Seine, c’est une biplace décapotée qui possède un tout petit moteur 4 cylindres et… un seul frein, placé sur la route arrière droite. De quoi offrir au pilote quelques frissons !

« L’aventure automobile », thème des attractions du Salon, c’est aussi cette voiture, bien fragile aux cotés des « monstres » modernes que les visiteurs pourront approcher : le Mercedes du Paris-Dakar, la Diabolix de Stéphane Bonnaud et le fameux tracteur Ouragan III de 8 000 chevaux de Freddy Launay. Sans oublier les « 4L Trophy » de Victor Binaud, qui, quelque part, lui ressemblent un peu.

Comme les années précédentes, le Salon de l’Auto et du Loisir mérite la visite. Tous les concessionnaires installés à Saint-Jean-d’Angély seront présents, aux cotés de spécialistes de la voiture d’occasion, du vélo, de la caravane et du camping-car. On pourra aussi louer du matériel pour les gros travaux et le jardinage et rencontrer un marchand de pneus local à la réputation bien établie.

Rappelons que les bénéfices de cette manifestation seront versés par le Rotary-Club à la recherche contre les maladies du cerveau et aux sinistrés de l’explosion de gaz du 22 février à la Cité des Fleurs.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 06:26

 SAINT-SAVINIEN – TAILLEBOURG

Hommage au fleuve

ÉDITION - Samedi 14 mai à 17 h 30, l’ouvrage « Couleurs fleuve Charente » sera présenté à la salle des mariages de Saint-Savinien. Sur place, sont prévues dédicaces et rencontre avec l’auteur Jean-François Weill dit Morey et l’éditeur Michel Téodosijévic. L’ouvrage sera ensuite présenté à partir de 19 h au restaurant de la Gare à Taillebourg

couleurs fleuve charente cvt1« Couleurs fleuve Charente » de Jean-François Weill dit Morey. Editions le Passage des Heures - mai 2011 – 18 euros  

En 101 photographies, Jean-François Weill dit Morey montre toutes les couleurs et la beauté de ce sacré fleuve avec ses ambiances, les émotions liées à la nature ou aux paysages façonnés par l’homme. Des bribes de vie consacrées aux loisirs, à la pêche et au tourisme qui, en fait, représentent aujourd’hui une forme différente de développement économique.

« Mais l’homme saura t-il protéger, s’interroge l’éditeur dans l’introduction, ce patrimoine naturel et historique tout en conservant l’authenticité de ses rapports avec la « rivière » comme les anciens appelaient parfois la Charente ?

Hier, à bord des gabares, la Charente charriait le sel, le vin, les eaux-de-vie, les céréales, l’eau douce, la pierre, le chanvre, la laine, les céramiques, les denrées alimentaires, le papier, et même la poudre à canons qui devaient libérer la Nouvelle-France. Voie de communication grâce à laquelle les villes de l’arrière-pays se  développèrent économiquement, ce fleuve a aussi apporté les idées nouvelles, celles du protestantisme et de la Révolution.

Le fleuve Charente est donc à l’honneur dans le dernier ouvrage publié par la librairie savinoise-éditions "Le Passage des Heures", un livre élégant  composé de photos et de textes brefs mais toujours pertinents. Il s’agit d’une vraie balade sur les bords de Charente au cours de laquelle on voit la vie : enfants, animaux, pêche, circulation sur l’eau et sur les ponts etc. Car, en fait, le photographe n’est pas un visiteur de passage mais bien un habitué des lieux, un observateur rompu aux scènes de la vie quotidienne et rien n’a échappé à l’œil et à l’objectif de cet amoureux du « plus joli ruisseau du Royaume », dixit le bon roi Henri IV.

couleurs fleuve charente invit st savcouleurs fleuve charente affiche invit gareA découvrir : « Couleurs fleuve Charente » de Jean-François Weill dit Morey. Editions le Passage des Heures mai 2011 – 18 euros

couleurs fleuve charente 395988 16597001 460x306Un article à lire dans Sud Ouest : La Charente en 101 photos 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 18:58

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Le choix pour des sorties

20110513 SALON auto 0604 banderolle

  couleurs fleuve charente invit st sav

 

20110513 THEATRE un pavé dans le cassoulet flyer

 

20110514 ste-sophie portes ouvertes 0641 banderolle

 

20110514 SCA Cozes 0607 affiche

 

20110514 NCA Charenton 0605 banderolle

 

20110515 raca hendaye 0684

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 11:00

BIGNAY (CANTON DE SAINT-JEAN-D’ANGÉLY)

Un an après le Livre Blanc

Quelles avancées ? Quels projets ?

COMITÉ DÉPARTEMENTAL FRANCE PARKINSON - Bruno Favier, président de l'association France Parkinson, présentera à Bignay les actions réalisées au titre national depuis la sortie du Livre Blanc, jeudi 12 mai à 17 heures  

20110407 FP jonzac françois marty béatrice aujard 035Une réunion du comité départemental France-Parkinson, le 7 avril à Jonzac : à gauche, le Dr François Marty et Béatrice Augeard. PHOTO DR

Bruno Favier, président de l'association France Parkinson, présentera les actions réalisées au titre national depuis la sortie du Livre Blanc, jeudi 12 mai à 17 heures à la salle des fêtes de Bignay, 13, rue principale. Seront également présentés les projets locaux animés par Dr François Marty, neurologue, Christèle Michelet, directrice de résidence, Isabelle Josse, infirmière au réseau Relanse, Agnès Dugast, professeur de chant, Frédéric Tardieu, Kinésithérapeute. Cette présentation ouverte à tous sera suivie d'un cocktail.

« Venez faire un pas pour notre cause ».

Contact : Béatrice Augeard-Galland au 05 46 59 17 29. beatrice.comfp17@orange.fr 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 22:39

MAZERAY – (CANTON DE SAINT-JEAN-D’ANGÉLY)

Tous reçus au permis piéton !  

2011014 MAZERAY permis piétons 9717Tous heureux d'avoir obtenu le permis piéton. PHOTO BERNARD MAINGOT

Le regroupement pédagogique intercommunal (RPI) de Bignay, Mazeray, Grandjean et Fenioux comporte trois écoles réparties sur Bignay, Mazeray et Grandjean (pas d’école à Fenioux).

Jeudi 14 avril, à l’école de Mazeray, 30 élèves de CE2 et CM1 de Bignay et Mazeray ont reçu le permis piéton, remis par le gendarme Xavier Perry, en présence de Micheline Berthelot, le maire de Mazeray. Sur l’existence du risque piéton, elle a souligné l’importance «  de rester toujours très vigilant et d’apprendre à anticiper, car tout peut basculer en une fraction de seconde ».

« Les élèves ont été sérieux, ils ont bien travaillé leurs révisions et ont tous été reçus », a commenté Karine Videt, institutrice à Bignay, en charge des CE2-CM1. Elle a remercié le gendarme Perry d’avoir bien fait prendre conscience aux enfants des dangers qui les guettent sur la route.  « Reçus à 100 %, ce n’est pas le cas partout ! », a précisé Xavier Perry, qui anime le permis piétons dans différents établissements scolaires.

20110414 MAZERAY permis piéton 9719Le permis piéton

Le permis piéton pour les enfants a été lancé en 2006 par la Gendarmerie nationale, la Police nationale, financé par Générali assurances et parrainé par la Prévention routière. Entre huit et neuf ans, les enfants sont mis en situation, participent à un jeu de questions-réponses afin d’acquérir les règles de la circulation, le sens de la responsabilité individuelle et des réflexes afin d’assurer leur propre sécurité.

A noter : le 26 mai à 14 h, à la salle Aliénor-d’Aquitaine, le gendarme Perry remettra le permis piéton à trois classes des écoles Lair, Gambetta et Sainte-Sophie. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages