Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 12:00

Billet du 30 mars 2011

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – ASSOCIATION ANGÉRIENNE D’ACTION ARTISTIQUE - A4

Sacco et Vanzetti

d’Alain Guyard,

avec Dau et Catella

THÉÀTRE « Sacco et Vanzetti » sera le prochain spectacle proposé par l’A4, jeudi 7 avril.  

20110407 SACCO & VANZETTI - Crédit Caroline CosteJacques Dau et Jean-Marc Catella, un duo étonnant dans Sacco et Vanzetti. PHOTO CAROLINE COSTE

Qui ? Les Italiens. Où ? En Amérique. Quand ? En 1927. Les membres de la communauté italienne réfugiée aux États-Unis se font discrets, rasent les murs et ne sortent plus la nuit, depuis qu’on les chasse comme du gibier et qu’on torture jusqu’à la mort ses leaders dans les commissariats.

Et pourtant, deux hommes se sont levés et ont dit non. Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti. Ils sont pauvres. Mais ils sont conscients politiquement. Et ils sont fiers. Et ils sont militants anarchistes. Ils refuseront de jouer le rôle qu’on voudra leur faire endosser. Alors ils seront exécutés.

Ils se remémorent leur procès, rejouent les témoignages grotesques, les manipulations et les chantages abjects des policiers et des politiciens. Leur personnalité se dissout et empreinte celle de ces visages amis ou hostiles qui ont marqué durant sept ans leur calvaire en attendant qu’on les tue.

20110407 SACCO & VANZETTI - Crédit Caroline Coste-2Puis ils reviennent à eux, Sacco, le petit cordonnier pleurant sa femme et ses gosses, terrorisé par la mort, et Vanzetti, le militant libertaire, solide comme un roc qui devra gagner l’ultime lutte, ne doutant jamais de la victoire de la cause. Mais Vanzetti comprend alors que la plus grande des épreuves qui l’attend n’est pas de faire triompher la révolution par son sacrifice. Ce sera d’aider son frère Sacco à mourir en homme libre…

Sacco et Vanzetti, deux noms qui ont marqué à jamais l’histoire de l’injustice, de l’intolérance et de la discrimination. Une histoire combien triste symbolisant la fraternité, le courage, l’idéal de liberté. Seuls deux complices comme Dau et Catella, avec quelques accessoires et des éléments simples de costume pour restituer l’époque, pouvaient offrir à cette pièce toutes les nuances dont elle avait besoin, du grotesque au sublime et du rire à la tendresse.

Pratique

Jeudi 7 avril à 20 h 30, salle Aliénor-d’Aquitaine. Durée du spectacle 1 h 20.

Tarifs : Abonnement ou 19 € / 16 € /10 € / 6 €. Renseignements-billetterie au 05 46 59 41 56. Réservations au bureau de l’A4 (cour d’honneur de l’Abbaye Royale), du mardi au vendredi de 14 h à 17 h 30, ou à l’espace culturel du centre Leclerc.

 

Note de mise en scène par François Bourcier 

francois_boursier_228710_4-bl2.jpgQuand on demande aujourd’hui qui sont Sacco et Vanzetti, une frontière se forme entre ceux qui plus âgés se souviennent de cette triste affaire et les autres, plus jeunes qui ne la connaissent pas du tout. Tant mieux et dommage tout à la fois pour ces deux noms qui marquent à jamais l’histoire de l’injustice, de l’intolérance et de la discrimination. En effet, ces deux hommes ont porté tout cela jusqu’à en mourir !

Mais cette histoire, ô, combien triste, symbolise également la fraternité, le courage, et l’idéal de liberté.

Alors qui mieux que deux artistes se connaissant parfaitement et dont la complicité à la scène comme à la ville est sans faille, pouvait porter haut le flambeau de cette pièce.

Qui mieux que deux artistes pour lesquels l’absurde et le rire, la tendresse et la nostalgie ne font pas peur, pouvait se permettre d’endosser les multiples personnalités de ce spectacle! Voilà pourquoi le choix immédiat de Dau et Catella.

Tous deux de culture méditerranéenne, ils offrent à la pièce toutes ses nuances, du rire aux larmes, du grotesque au sublime comme l’a été cette vraie parodie de justice.

Nul besoin d’encombrer l’espace d’un décor imposant. Eux deux, devant, dans des univers lumineux qui suggèrent l’espace et le temps. Ce temps si court qui précède leur exécution.

Quelques accessoires et des éléments simples de costumes marqueront, restitueront l’époque.

Les interprètes

dau et catella 2006-bl2Jacques Dau et Jean-Marc Catella, c’est une belle histoire d’amitié. Depuis plusieurs années, ils forment un duo étonnant, se produisant sur les scènes françaises, belges et suisses avec un succès sans cesse renouvelé… A leur actif « One man show pour deux » qui a vu plus de 1000 représentations en France, Belgique, Suisse, Espagne, Afrique et Canada.

En 1989, L’Etroite Moustiquaire (sacré meilleur spectacle comique au Festival d’Avignon 95), La minute inutile (délire radiophonique sur Radio Nostalgie) et plus récemment sur France Inter dans l’émission de Stéphane Bern Le Fou du Roi, Le Vol des Bougons et Mais Qui est Donc Quichotte ? Créations au Festival d’Avignon 97, Dau et Catella et non pas le contraire (création Avignon 2006 et 2007, Le Café de la Gare à Paris 2006). Ils coécrivent et jouent aussi avec Vincent Roca Se moquing, no se moquing en 1998, avec Ged Marlon Un simple froncement de sourcil en 2000.

Ensemble, ils jouent dans de nombreuses pièces, notamment avec la Cie de La Reine du Théâtre Montansier (Versailles), Maître Puntila et son valet Matti (B. Brecht) 2002 - La puce à l’oreille (Feydeau) 2002 - Les Caprices de Marianne (Musset) 2003 - Les Fourberies de Scapin (Molière) 2003, Le Bourgeois Gentilhomme (Molière) 2004.

 

jacques-dau UCJZN5050387-02-bl2Jacques Dau, auteur, compositeur, interprète, a débuté la scène au milieu des années 80 en produisant un répertoire de textes et de chansons comiques : intégrale de Boby Lapointe (Délires de chansons à lire, coup de cœur de la presse au Printemps de Bourges 87, chants en langue corse (Canti 1994), compositions personnelles (les gens de Légende, révélation du Printemps de Bourges 88…)

En 1989, One Man Show Pour Deux, présenté en Avignon, lance le duo Dau & Catella et consacre une longue complicité artistique avec Jean-Marc Catella.

Délaissant parfois son éternel complice, il se produit au théâtre dans Le Système Ribadier de Feydeau, Napoléon IV de Raymond Vinciguerra, Soirées bourgeoises de Guy Froissy, à la télévision (Le Repenti de Paolo Nozolino, Un fait divers de Fabrice Cazeneuve) ou encore au cinéma (Guerre dans le haut pays de Fabrice Reusser, Jonas et Lila d’Alan Tanner)…

 

JEAN-MARC CATELLA 297005 4-bl2Jean-Marc Catella, après des études aux Beaux-arts, apprend le mime auprès de Jean-Claude Cotillard et de Pinok et Matho à Paris, puis au Québec au Théâtre de l’Omnibus. A Rome, il fait ses premières armes en compagnie des Colombaioni, clowns de renommée internationale. Il suit une formation au cours Florent et, à Marseille, auprès de Jean-Pierre Berthier… Depuis 1981, il a débuté une carrière d’acteur de cinéma (Matelot 551 de René Alliot) et de télévision. Parallèlement, il est l’alter ego de Jacques Dau au sein de Dau & Catella, avec lequel il coécrit et interprète la majorité des spectacles.

 

 

L’association angérienne d’action artistique

L’A4 organise la saison culturelle à Saint-Jean-d’Angély pour la 21e année et le festival de théâtre « Théâtre en l’Abbaye » en été depuis sept ans.

Elle propose, comme chaque  année, un temps fort Jeune Public, premier trimestre 2011, qui permet d’accueillir écoliers, collégiens et lycéens de l’ensemble du Pays Vals de Saintonge.

Cette saison encore, l’A4 programme à la salle Aliénor-d’Aquitaine de Saint-Jean-d’Angély ainsi qu’au restaurant le Mareyeur. L’A4 renouvelle les décentralisations à Matha, Tonnay-Boutonne et Saint-Savinien-sur-Charente.

Contact

20100204 A4-celine-bohere 43(bl)2Céline Bohère

Abbaye Royale – BP 900 30 - 17412 Saint-Jean-d’Angély Cedex

( : 05 46 59 40 40 

Accueil : 05 46 59 41 56

Courriel : celine.bohere.a4@orange.fr

Licences N° 3.102 1931 et 2.102 1930

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages