Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 07:01

Billet du 22 mars 2011

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Chiens perdus sans collier

"une année noire au Refuge"

CHIENS ABANDONNÉS La présidente de l’association pour la sauvegarde des animaux abandonnés et maltraités (ASAAM) a alerté les élus sur l’incertitude de l’avenir pour le chenil Le Refuge de Fontorbe.  

20110318 ASAAM Fontorbe Mme Caillère entourée de Nelly etEntourée de Nelly et de Julie, Christiane Caillère, présidente de l’Association pour la sauvegarde des animaux abandonnés et maltraité (ASAAM), à alerté les élus présents à l’assemblée générale sur les difficultés à maintenir la pérennité du Refuge de Fontorbe. PHOTO DR

Vendredi 18 mars, dans la salle de la Fondation Robert où se tenait l’assemblée générale, Christiane Caillère, présidente-fondatrice de l’ASAAM, a dressé le bilan d’une année bien difficile, en présence de trois élus, le maire Paul-Henri Denieuil et deux de ses adjoints, Sylvie Salade et Serge Caillaud.

L’association, qui gère le Refuge de Fontorbe où sont accueillis les chiens abandonnés et parfois martyrisés, ne cesse en effet de constater depuis deux ans l’augmentation du nombre d’abandons  (50 % en un an), alors que le nombre d’adoption ne cesse de diminuer (moins 40 %). Parallèlement, le nombre d’animaux maltraités augmente également.

L’an passé le nombre de chiens pensionnaires était d’environ 40 chiens (avec un pic à 43 chiens)  pour 19 boxes seulement. Non seulement le chenil est surpeuplé, mais ce nombre augmente considérablement les frais habituels (croquettes, frais vétérinaires, …) et allonge les temps de soins, dont la sortie quotidienne des chiens.

Enfin - comble de malchance - la machine à laver étant devenue inutilisable à la suite d’une  panne, il a fallu faire laver les couvertures pour un surcoût de 1150 euros. Bien que le budget ait été nettement revu à la baisse pour n’engager que des charges obligatoires, le compte de résultat se traduit en fin d’année par un déficit de 6 543 euros. L’avenir du chenil se trouve ainsi bel et bien menacé.

La question des contrats salariés reste cruciale et sans réponse. Actuellement, deux jeunes femmes, Marie et Elodie, travaillent en contrats aidés, l’une à 26 h et l’autre à 24 h. Des coûts salariaux trop élevés pour les finances de l’association. Depuis sept ans, Christiane Caillère demande à la municipalité de prendre en charge un contrat de 35 h, au motif que les animaux errants et la recherche d’un foyer relève du service  public. Pour l’heure, la Ville finance certains travaux, tels le goudronnage de la cour, très apprécié des salariés et bénévoles, l’aide à la construction de nouveaux boxes, la prise en charge en charge les consommables (eau et électricité) et le versement d’une  subvention de 1 000 euros.

De nombreux autres travaux sont également réalisés par les bénévoles, tels  Philippe et Guy qui assurent les travaux d’urgence. Mais, malgré le travail accompli par les deux salariés qui ne comptent pas leur heures et les bénévoles très actifs par une présence de tous les instants, y compris les week-ends, le déficit qui s’accumule inexorablement ne présage rien de bon. Et comme toutes les bonnes volontés sont accaparées par le travail du refuge, les bénévoles n’ont plus le temps d’organiser des manifestations qui permettraient de mieux placer les chiens et de résorber leur nombre au refuge.  

« Les bénévoles fatiguent et le moral qui est d’habitude d’acier est en berne. Heureusement, notre équipe est soudée et la bonne ambiance qui règne dans l’association permettent de surmonter les moments trop difficiles. Je félicite tous ceux qui y travaillent avec cœur » clame la présidente.

La question du contrat de salarié a été posée directement au maire et à Sylvie Salade,  qui a déjà bien soutenu le refuge.  « Il y a urgence. La situation financière est désastreuse. Si le refuge n’a pas encore fermé c’est bien grâce à 30 Millions d’amis. Ils sont venus et ont même répertorié ce refuge. Ceci est précieux et montre le bon travail effectué ici ».  Le maire, Paul-Henri Denieuil a assuré réfléchir à la question.

Refuge de Fontorbe 05 46 32 69 57 

 

Le Refuge de Fontorbe en quelques chiffres :

Abandons : 102 en 2008 ; 154 en 2009 (+ 50 %) 

Adoptions : 149 en 2009 ; 105 en 2010 (- 42 %)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages