Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 07:00

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Moulin, tu dors…

MOULINS Le moulin à poudre du faubourg Taillebourg était le dernier en aval sur la Boutonne. Il a ensuite fabriqué de la farine avant de s’arrêter en 1963

 » B. M.  

20110428 MOULIN poudre 6228 veronique adragnaLe Moulin vu du pont Saint-Jacques. PHOTO 6228

Un important trafic existait autrefois à partir du fleuve Charente, en direction de la Nouvelle France.  L’activité existait notamment au départ de Saint-Jean-d’Angély, grâce à la Boutonne rendue navigable jusqu’à Rochefort. On expédiait notamment la poudre fabriquée au moulin du faubourg Taillebourg, qui allait servir à libérer le Québec. En sens inverse, on importait du bois et des goudrons.

Les traces patrimoniales et le rapport entre la Nouvelle France et la Charente sont entretenus dans des lieux de mémoire, tel l’emblématique arsenal de Rochefort ou bien, depuis 2003, par l’association la « Route des tonneaux et des canons », par l’Institut du fleuve Charente, ou bien encore par le jumelage avec la rivière Richelieu au Québec en 2007…  

20110428 moulin poudre 9940 dec4photoBMLe soleil du matin met la prise de vue dans l’ombre. A refaire un après-midi. PHOTO 9941

A Saint-Jean-d’Angély, la poudrerie royale du faubourg Taillebourg a explosé le 25 mai 1818, faisant plusieurs morts et de nombreux blessés dans les deux dépôts, causant des dommages dans le faubourg et probablement au moulin à poudre situé en face. Le maire de l’époque, De Serigny De Luret, publiera d’ailleurs des remerciements aux habitants, venus secourir les militaires atteints par ce malheur.

Le moulin à poudre, situé sur une dérivation de la Boutonne (dite la "rivière du moulin à poudre") au 129-131, faubourg Taillebourg, va alors cesser son activité, laquelle sera transférée à Angoulême. On y fabriquait de la poudre, par écrasement de charbon de bois, de salpêtre et de soufre. C’était un des deux plus gros moulins de la Boutonne (car il comportait trois roues), sur les 220 environ qui ont été recensés.

Cette « usine » (le propriétaire s’appelle un usinier) reçoit les eaux du moulin de Bellet (2 750 m en amont), les eaux perdues du barrage de la Traverse et du canal Saint-Eutrope. En aval du moulin de Bellet, les eaux se partagent rive droite vers le moulin de Puychérand et rive gauche vers le moulin à poudre. Les eaux sont ensuite rejetées dans la Boutonne qui devient domaniale après le pont Saint-Jacques.  

20110428 moulin poudre 9908La roue extérieure était la plus importante de tous les moulins de la Boutonne. PHOTO 9908

Après l’explosion, le moulin sert à moudre du grain et change plusieurs fois de mains : Texier et Guesdon en 1855 ; Wels qui possédait le château de la Garousserie, l’ensemble du moulin et ses dépendances et produisait aussi de l’électricité pour le château avec une turbine située 50 mètre en amont du moulin, rive droite du bief, par une prise d’eau située ans le même bief et profitant du même droit d’eau ; Angevin en 1954 ; Marot, dont le fils fut happé en 1963 par la manche de sa veste par une poulie et décéda subitement dans le moulin à farine (ce qui causera l’arrêt du moulin) ; la société de récupération des frères Sampietro en 1966. Tout le matériel de minoterie a alors été quasiment démonté pour la ferraille. Seule subsiste la grande roue extérieure, la plus importante de tous les moulins de la Boutonne, bloquée depuis l’arrêt voici un demi-siècle, qui est visible depuis le pont Saint-Jacques, ainsi que quelques pignons et roues aux dents en acacia et bronze, à l’intérieur du moulin.  

20110428 moulin poudre 9912Quand un pignon comportait des dents en bronze, l’autre avait des dents en acacia. PHOTO 9912

Les vannes et déversoirs du bief sont maintenus en bon état par le propriétaire actuel, Claude Swichocka-Léonard, qui explique : « Nous ne pouvons pas ouvrir pour les journées du patrimoine meulier (15 mai 2011), car je suis là depuis quatre ans seulement et rien n'est encore rénové. Tout est à faire. Ce n'est pas simple du tout car la configuration aussi est particulière ».

De fait, à 50 m en amont du moulin, rive droite du bief, subsiste toujours une prise d’eau qui alimente une turbine dont le propriétaire est M Merle, sa propriété séparant le moulin des écluses qu’il faut aller manœuvrer pour respecter les hauteurs d’eau à maintenir. « Il faut donc traverser son jardin pour accéder aux vannes. Actuellement nous avons conclu un accord oral pour qu’il puisse les manœuvrer. Mais cela resterait un problème pour faire visiter l’ensemble des installations, écluses et déversoirs ».

Effectivement, cela poserait un problème pour les visites. Je remercie les deux propriétaires qui ont permis de visiter l’ensemble du moilin, des prises d'eau et des écluses-déversoirs, en passant d’une propriété à l’autre.

Bernard Maingot  

20110428 moulin poudre 9932 plan-bl2On voit, en partie droite du plan, l’eau arrivant du bief et allant alimenter plusieurs roues (à droite et à gauche du >). Le bras d’eau qui descendait vers la partie inférieure du plan a été bouché par M Sampietro après 1966.  

20110428 moulin poudre 9898 explosion15mai1818-bl2Le message du maire aux habitants de Saint-Jean-d’Angély, après l’explosion du 15 mai 1818


Vu sur Moulins de France
 : Les Moulins de la Boutonne, de Jean Baillarguet  

Les-moulins-de-la-Boutonne-de-Jean-Baillarguet.jpgMalheureusement, je ne possède pas ce livre, dont l’édition est épuisée.

Dans son livre, Jean Baillarguet rappelle qu’en 1813, le Ministère de la Guerre avait ordonné à tous les usiniers et riverains de la Boutonne, depuis sa source en Deux-Sèvres et jusqu’à Saint-Jean-d’Angély, l’interdiction d’irriguer leurs prairies afin que l’eau parvienne, sans être ralentie et en quantité suffisante, pour assurer la bonne marche du moulin à poudre, lequel, actuellement doit satisfaire une importante commande de l’armée espagnole.

  

Lire La Nouvelle République du 11 mai 2011 : La résistance des moulins de la Boutonne 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bernard MAINGOT 05/03/2018 15:19

Le nouveau lien de l'article de la Nouvelle-République sur La résistance des moulins de la Boutonne
https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/la-resistance-des-moulins-de-la-boutonne

Danielle Benoit 08/06/2011 18:40



Bonjour
Je viens de découvrir votre blog et l'article sur le moulin à poudre. Plusieurs ancêtres de mon mari y ont travaillé comme poudriers et tonneliers au 18 ième siècle alors j'ai été très
interessée. Jétais déjà venue voir le moulin, c'est un peu frustrant de ne pouvoir s'en approcher plus et ce que vous dites nous laisse peu d'espoir d'y pénétrer un jour... Reste à imaginer
l'activité qui y régnait jadis.


Cordialement


Danielle



Bernard Maingot 2 10/06/2011 11:13



Le propriétaire est très féru sur l'histoire du moulin. Il nous a bien guidés et a fourni de nombreuses explications. C'est vrai que l'on peut être amoureux de ce qu'il reste encore. Mais c'est
vrai aussi qu'il faudrait beaucoup d'argent pour le remettre en état, sans pouvoir raisonnablement en amortir le coût.



ESLA 20/05/2011 10:46



Bonjour,


très intéressant article. L'histoire de Saint Jean D'Angely est un vrai puzzle et c'est passionnant de le reconstituer grâce à des articles comme celui-ci.


Bonne continuation !


amitiés



Bernard Maingot 2 20/05/2011 22:32



Je passais auparavant en voiture sur le pont Saint-Jacques (et comme on regarde devant en conduisant...) sans me douter que ce moulin avait fait (parler) la poudre. Il va falloir reprendre le
vélo et aller plus à pied pour mieux découvrir.


Le livre de Jean Baillarguet est épuisé : dommage ! il concerne un tas de moulins sur la Boutonne.


Mo grand regret, chaque fois que je passe à Moulinveau (par l'ancienne route qui menait à Saint-Jean-d'Angély avant que la rocade nord ne soit construite et qui passait aussi devant la
maisonnette garde-barrière du Chemin de fer départemental arrêté en 1950), c'est de voir ce qu'est devenu le moulin et ses abords... Il est situé sur le canal Saint-Eutrope, qui malheureusement
va bientôt être à sec d'ici quelques semaines si le temps sec persiste.


Tout fout l'camp, à commencer par l'eau...



Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages