Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 21:11

Mercredi 2 février 2011 – Billet 55

HUMOUR

À la Ronsard

"une poésie à l’art haché"  

Pierre de Ronsard 220pxEn cette période de froid et de grisaille, un peu d’humour et de gouaille, avec un texte reçu ce jour par courriel. Merci à Jean-Claude L. d’avoir fait suivre ce texte dont l’auteur serait René P.

 

ronsardSi l’on sait que Pierre de Ronsard (09.1524, 28.12.1585) était perclus de rhumatismes, atteint de crises d’arthritisme accompagnées d’otite chronique, d’arthrose cervicale…, on comprendra pourquoi le « Prince des poètes et poète des princes » vécut la fin de sa vie en reclus dans sa chère Touraine (il avait 61 ans quand il accomplit son dernier voyage en Touraine pour terminer ses jours à Saint-Cosme dont il était le prieur), loin de la Cour et de son Hélène de Fonsèque (dite Hélène de Surgères) à qui il dédia ses « Sonnets pour Hélène », parus en 1578. Et rappelons-nous aussi les exemples de Henry VIII, roi d’Angleterre ou de Jean, cardinal du Bellay, qui était atteint de goutte à 24 ans. Depuis, la médecine a fait bien des progrès, allongeant l’espérance de vie… Heureusement !

 

Allons voir si l’arthrose…

Mignonne, allons voir si l'arthrose

Qui ce matin tant m’ankylose

Depuis qu'a sonné mon réveil,

Pour clore une nuit de sommeil,

Aura perdu de sa vigueur

Après un footing d'un quart d'heure.

 

Las ! Voyez comme sont les choses,

Il faudrait que je me repose.

Mes maux, loin de se calmer

Las, las, ne cessent d'empirer.

Ô vraiment, marâtre nature

Avec l'âge la douleur perdure !

 

Donc, si vous m'en croyez, mignonne,

Tandis que votre âge fleuronne

En sa plus verte nouveauté

Avant que ne ternisse votre beauté,

Pour assouvir toutes envies

Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie !

 

Toujours dans la même lignée des bonnes nouvelles, Pierre de Ronsard avait écrit :

 

Je n’ai plus que les os…

Je n’ai plus que les os, un squelette je semble,
Décharné, dénervé, démusclé, dépoulpé,
Que le trait de la mort sans pardon a frappé;
Je n’ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

     

Apollon et son fils, deux grands maîtres ensemble,
Ne me sauraient guérir, leur métier m’a trompé;
Adieu, plaisant soleil ! Mon œil est étoupé,
Mon corps s’en va descendre où tout se désassemble.

    

Quel ami, me voyant en ce point dépouillé,
Ne remporte au logis un œil triste et mouillé,
Me consolant au lit et me baisant la face,

    

En essuyant mes yeux par la mort endormis ?
Adieu, chers compagnons ! Adieu, mes chers amis !
Je m’en vais le premier vous préparer la place.

 

Sonnets pour Hélène (1578)

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,

Assise auprès du feu, dévidant et filant,

Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :

« Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle ! »


Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,

Déjà sous le labeur à demi sommeillant,

Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,

Bénissant votre nom de louange immortelle.


Je serais sous la terre, et, fantôme sans os,

Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;

Vous serez au foyer une vieille accroupie,


Regrettant mon amour et votre fier dédain.

Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :

Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

 

Mignonne, allons voir si la rose

A Cassandre
  
Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.
  
Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !
 
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
  
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
mignonne
Répondre

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages