Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 07:40

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY

Un hébergement d'urgence

digne de ce nom 

SOCIAL – Le projet d'un centre d'hébergement d'urgence a été évoqué au conseil municipal du 8 décembre et au conseil communautaire du 12 décembre.

20111212-hébergt-urg-anc-caserne-4576

L'ancienne caserne de gendarmerie abritera le centre d'hébergement d'urgence. Photo B. M.

S'il existe bien à La Rochelle, Royan ou Jonzac, l'hébergement d'urgence n'est pas organisé à Saint-Jean-d'Angély. Du moins pas suffisamment pour porter ce nom, à l'échelle de ces trois villes. Pourtant, 80 domiciliations dont 40 personnes classées « Gens du voyage » sont recensées dans la commune. Et les personnes en situation de grande difficulté, ceux qui n'ont plus de logements, telles les femmes victimes de violences la nuit et qui se retrouvent dans la rue ou encore les sans domicile fixe existent bien.

20110402 Annonce Bal Rotary maguy deschamps 20110107 voeux

Le maire Paul-Henri Denieuil remettant la médaille de la ville à Maguy Deschamps. Photo B. M.

Maguy Deschamps le sait, elle qui s'occupe de « Aide et soutien », une structure qui accueille pendant trois nuits les routards et ceux qui se retrouvent sans toit et sans moyens dans les deux chambres d'une ancienne tannerie située impasse des Essanges, au faubourg Taillebourg, évitant qu'ils squattent pour dormir. Depuis 1992, elle est la cheville ouvrière dévouée et discrète de cet accueil-dépannage qui fonctionne avec sept bénévoles et 15 000 euros par an. La ville ne s'y est pas trompée en lui remettant la médaille de la ville lors des vœux exprimés en janvier aux Angériens. Le Rotary non plus, en décernant dès 2003 le Prix Servir et en organisant le 2 avril dernier le bal Bleu et Or au profit de l'association qu'elle préside.

Le maire, Paul-Henri Denieuil, et Sylvie Salade, son adjointe aux affaires sociales, ont travaillé depuis un an sur cette « situation insatisfaisante », en accord avec la préfecture et le conseil général. « Aide et soutien ne suffisait plus et les femmes se retrouvent parfois à l'hôtel », explique Sylvie Salade avant de détailler le futur projet.

Celui-ci s'organisera en trois étapes : d'abord la création d'un centre d'hébergement d'urgence ; ensuite, en 2013, disposer de douze places d'insertion en Centre d'hébergement et de réinsertion sociale sur une durée de trois à six mois (redéploiement des places en surnombre dans les CHRS* de Saintes, La Rochelle et Royan Saint-Augustin) et enfin une maison relais-famille avec un travailleur social pour les personnes ayant des problèmes en sus de l'hébergement.

12 à 15 places

Le centre d'hébergement pourra accueillir 12 à 15 personnes, en chambre de 1 à 3 lits, avec un appartement pour femme avec enfants. Il sera situé, en accord avec le conseil général qui possède les bâtiments et qui abandonnera gratuitement la location estimée à 80 000 euros par an, dans l'ancienne caserne de gendarmerie, route de Dampierre. L'État débloque 200 000 euros par an. « Nous sommes montés au créneau pour que ces fonds ne soient pas saupoudrés sur les structures existantes dans le département mais à ce projet angérien et nous avons réussi », précise Paul-Henri Denieuil.

La structure sera gérée par Tremplin 17 qui assurera l'accueil, l'animation du centre et l'accompagnement social des personnes, avec l'appui de la communauté de communes qui possède la compétence action sociale (le centre intercommunal d'action sociale versera 35 000 euros par an), une aide de 20 000 euros de la mairie dans le cadre des violences faites aux femmes et des bénévoles d'Aide et soutien pour l'accueil de jour.

Accueil 24/24

L'accueil sera possible 24/24 heures et l'hébergement durera trois nuits, renouvelable une fois. Le personnel comprendra sept personnes (« contre zéro aujourd'hui ») : trois professionnels (dont deux intervenants sociaux et un intervenant à l'accueil) et quatre contrats aidés (40 000 euros). Les animaux, non admis dans les chambres, seront hébergés dans des boxes construits dans les anciens garages.

Ce projet, dont le coût global est estimé à 331 420 euros, devrait être opérationnel fin décembre et agira sur les Vals de Saintonge.

 

* Depuis 1974, les Centres d'Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) ont pour mission d'assurer l'accueil, le logement, l'accompagnement et l'insertion sociale des personnes ou familles connaissant de graves difficultés en vue de les aider à accéder ou à recouvrer leur autonomie personnelle et sociale. Il s'agit notamment de victimes de violence, de personnes confrontées à l'alcoolisme et aux toxicomanies ou de personnes sortants de prison. Par rapport aux autres dispositifs d'aide aux sans-abris, les CHRS ont donc une mission de soutien et d'accompagnement social approfondie des personnes. En 2011, il existe 115 000 places en hébergement d'urgence pérennes. Chaque hiver, 10 000 de plus sont ouvertes en moyenne.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog 2 de Bernard Maingot
  • : Les actualités sur le canton de Saint-Jean-d'Angély (17400) et en Vals de Saintonge
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot 2
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

Recherche

Pages